Critique – Inua: A Story in Ice and Time

Antoine Clerc-Renaud - 18 Fév. 2022 16h52

Inua: A Story in Ice and Time nous raconte une histoire passionnante

Il y a quelques jours, Arte France, une chaîne de télévision franco-allemande qui est également éditeur de jeux vidéo, nous a contactés pour nous parler de leur nouveau jeu, Inua: A Story in Ice and Time.

Ce dernier se déroulant au Canada, ils souhaitaient avoir le point de vue de personnes sur place. Bien que je ne sois « que » canadien adoptif depuis un peu plus d’une décennie, je ne suis peut-être pas le mieux placé pour en parler. Mais, j’aime à penser que je me suis plutôt bien intégré et surtout que ma curiosité me pousse toujours à en savoir plus sur l’Histoire riche, et certes controversée, de ce pays.

C’est ainsi qu’en lançant le jeu je découvre que le sujet qu’il aborde est réel : l’expédition Franklin. Pour résumer, il s’agit d’une “expédition maritime et polaire britannique qui avait pour but de réussir la première traversée du passage du Nord-Ouest et l’exploration de l’Arctique.” selon Wikipédia.

Partis d’Angleterre en 1845, les deux bateaux, le HMS Erebus et le HMS Terror, ne sont jamais revenus. Jusqu’en 2014, personnes ne savaient où se trouvaient les épaves. Jusqu’à ce que des chercheurs collaborent avec des Inuits.

Dans Inua: A Story in Ice and Time on incarne une entité omnisciente plutôt qu’un personnage précis. Se rapprochant plutôt du point’n’click qu’autre chose, ce jeu vidéo ne présente pas réellement de challenge. En même temps ce n’est pas le but. On ici pour écouter, apprendre et comprendre. Autant dire que si l’Histoire ne vous intéresse pas, il y a peu de chances pour que vous soyez attiré par ce jeu. Mais vous passeriez à côté d’une belle et touchante expérience.

Un gameplay qui nous tient en haleine

Si la majorité des jeux vidéo maintiennent le joueur motivé en lui promettant des bonus ou un meilleur équipement, Inua: A Story in Ice and Time voit les choses différemment. Ici, ce qui pousse à continuer l’aventure est de pouvoir connaître la suite de l’histoire.

En termes de jeu et de gameplay, Inua: A Story in Ice and Time se divise en deux phases :

  • la première consiste à cliquer sur différents éléments du décor pour découvrir des éléments qui pourront être ensuite utilisés comme autant de sujets de conversation. On peut tourner la scène pour les trouver et interagir avec différents objets.
  • la seconde nous invite à utiliser ces éléments sur tous les personnages présents dans une scène donnée. On les reconnait à l’astérisque présent au dessus de leur tête. L’utilisation d’un sujet de conversation sur un personnage précis permettra de déclencher un dialogue qui fera avancer le fil rouge de l’histoire.

Ce qui est intéressant avec Inua: A Story in Ice and Time c’est que l’on passe aussi bien du présent avec une journaliste qui tente d’obtenir un scoop au passé avec les marins qui ont vécu cette tragédie et aussi et surtout les Autochtones qui les ont aidés et plus précisément un groupe d’Inuits.

J’ai trouvé passionnant les conversations et les difficultés que chaque groupe avait pour s’entraider et coopérer. Sans que l’on sache réellement ce qui s’est passé, j’aime m’aligner avec la vision des développeurs qui consiste à dire que chacun a fini par mettre ses différences de côté pour survivre dans cette contrée particulièrement hostile.

Une superbe réalisation

Puis, l’une des autres raisons qui fait que l’on suit cette aventure avec beaucoup d’intérêt est la représentation graphique. En effet, plutôt que d’opter pour une représentation photoréaliste agrémentée de photos ou vidéos comme on peut le voir dans d’autres titres du genre, Inua: A Story in Ice and Time fait le choix du dessin presque fait à la main.

Mentionnons également l’excellente partie sonore tant sur les musiques très planantes de la chanteuse et compositrice Inuit, Tanya Tagaq, qui nous mettent dans l’ambiance que sur les effets sonores qui nous donnent des indications sur notre progression. Enfin saluons l’excellent doublage qui permet de mettre en avant une langue réellement menacée (n’en déplaisent aux autorités québécoises qui aiment à « défendre » le français) l’inuktitut, la langue des Inuits.

Par ailleurs, comme on peut l’apprendre de divers fils sur Twitter, le jeu a été réalisé en collaboration avec des Inuits. Nous sommes face à un projet qui a réellement et volontairement donné une place à la population qu’elle dépeint plutôt que de s’en servir et de l’invisibiliser comme l’ont fait les développeurs de Sifu. Rien que pour cela, vous devriez soutenir ce jeu fait avec le cœur.

Quoi qu’il en soit, et bien qu’il soit relativement court, Inua: A Story in Ice and Time est un jeu passionnant si vous aimez élargir votre culture et que l’Histoire vous intéresse. Pour une fois qu’on sort des sentiers battus, ce serait dommage de ne pas en profiter. Inua: A Story in Ice and Time est disponible sur PC (Steam et GOG), MacOS, iOS, Android et Nintendo Switch.

Verdict

Les plus

  • Très bien réalisé
  • Un modèle de jeu sérieux
  • Les Autochtones et Inuits autant mis de l’avant qu’impliqués dans le projet
  • Les musiques et chansons de Tanya Talaq
  • Approchable par tous

Les moins

  • Pas vraiment de challenge

Note finale

10 / 10