ComicCon Montréal 2017: Notre tour des conférences.

Paul Revert - 25 Juil. 2017 8h42

 

Outre les nombreux artistes, jeux et combats de gladiateurs à faire rougir Russel Crowe lui-même, cette neuvième édition du ComicCon Montréal était ponctuée d’un bon nombre de conférences.

Entre deux selfies avec des cosplayers et une partie rapide à la zone de jeux indie, nous avons donc pu assister à ces présentations, dans lesquelles professionnels du milieu et amateurs ont pu prendre la parole et attirer notre attention vers différentes questions et problématiques liées au monde ludique. Voici, rien que pour vous, un court résumé de celles d’entre elles qui nous ont marqué.

Le Comiccon Montreal, c’est avant tout un rendez-vous de gens passionnés par les univers geeks, aussi bien animés japonais que jeux vidéo, bandes dessinées ou jeux de rôle. Parmi ces passionnés, nous avons encore pu le constater en arpentant l’allée des artistes lors de cette édition, beaucoup sont fascinés par ces univers au point d’en faire l’essence même de leurs créations artistiques. C’est notamment le cas du groupe de Nerd-rock; Double Experience. Notre Comiccon Montreal 2017 aura donc commencé en musique lors de la conférence donnée par les musiciens originaires d’Ottawa, Ian Nichols et Brock Tinsley, fiers fondateurs de ce groupe. Entre plusieurs interludes musicales live, les deux partenaires nous ont exprimé leur passion, entre autres, pour le jeu vidéo, passion dans laquelle ils ont puisé l’inspiration nécessaire à leurs compositions musicales. Leur message fondamental: mettre la culture geek au centre d’une nouvelle forme de création artistique, dans laquelle l’artiste exploite les univers qui le passionne pour nourrir sa créativité. Tout comme on pourrait écrire, peindre ou composer en s’engageant sur des thèmes politiques, culturels ou sociaux, Nichols et Tinsley placent la culture et les univers geeks au centre de leurs œuvres. Par l’art, le gamer peut donc peut définir sa position au sein de la communauté geek, se faire l’ambassadeur de la culture geek au monde extérieur, ou encore recréer ou traduire les sensations et émotions rencontrées pendant une expérience ludique. Les chansons du groupe (que nous vous invitons à découvrir sur leur chaîne Youtube en cliquant ici) se basent notamment sur les univers du jeu Destiny, ou encore de Godzilla.

Vous êtes passionné(e) par l’univers de The Witcher, Mass Effect ou Warcraft? Suivez-donc la voie de Double Experience et vivez activement votre passion en l’utilisant pour créer. Trouvez votre muse en cet univers, laissez-le vous enchanter et transférez cet enchantement dans votre vie et dans vos créations (je suis d’humeur poétique, oui). Voilà ce que nous retiendrons de cette conférence.

Pourquoi mettre Matt Damon à la tête de l’armée chinoise dans le film récent: The Great Wall? Que font Christian Bale et Joel Edgerton en Égypte antique dans Exodus? Tant d’acteurs blancs pour tant de rôles inappropriés. Si le cinéma Hollywoodien n’a pas toujours été et n’est toujours pas un exemple quand il s’agit de l’antiracisme, le jeu vidéo n’est malheureusement pas affranchi de tout reproche en la matière non plus. Dans cette conférence donnée par Lateef Martin, créateur de la BD Z’isle (qui place l’île de Montréal au centre d’une apocalypse zombie), nous avons pu aborder la question de la représentation des minorités dans la culture populaire et les médias, et notamment dans le jeu vidéo. Dans un contexte où de plus en plus de personnes issues de minorités ethniques jouent, le whitewashing (autrement dit : placer systématiquement des acteurs/personnages blancs dans des rôles supposés être occupés par des personnes de couleur) et la représentation des différentes cultures dans les titres auxquels nous jouons deviennent des enjeux importants. Comme le climat politique actuel le prouve, la question du politiquement correct est une question sensible, notamment pour le jeu vidéo, comme nous le rappelle en permanence le fameux scandale du GamerGate (auquel nous dédierons sûrement bientôt un article). Parce que les joueurs changent et se diversifient (de plus en plus de femmes jouent également),