Les mesures antipiratage les plus créatives – 1re partie

Jeux vidéo
Publié le 7 mai 2017 à 10:30

Fléau de l’industrie vidéoludique, le piratage de jeu vidéo est un combat constant depuis déjà plusieurs décennies. Certains développeurs n’hésitent pas à utiliser des moyens créatifs et insolites afin de faire comprendre aux joueurs fautifs que le piratage, c’est un crime !

AVOIR LA COPIE PHYSIQUE À TOUT PRIX !


Zak McKraken and the Alien Minbenders

Sorti en 1988 sur Commodore 64 et MS-DOS, ce jeu d’aventure de Lucasfilm Games contient un système antipiratage des plus amusants. Lorsque Zak (ou Annie), le héros du jeu, doit quitter les États-Unis, un code « Visa » est demandé. Ce code, qui consiste à des images à mettre dans le bon ordre, est disponible seulement dans le livret d’instruction du jeu et est nécessaire afin de pouvoir continuer l’aventure. Si le joueur se trompe plus de 5 fois, Zak se fait alors jeter en prison et une cinématique des plus cocasses se déclenche. Un officier de police vient faire un sermon en s’adressant directement au joueur qui aurait piraté le jeu !


Metal Gear Solid

Dans les années 80-90, beaucoup d’informations sur l’histoire du jeu était disponible ou caché dans le manuel d’instruction ou sur la jaquette du boitier contenant le jeu. Le désormais célèbre Hideo Kojima a réutilisé cette technique à sa manière dans le premier Metal Gear Solid sur PlayStation en 1998. Lorsque Snake rencontre Kenneth Baker, président d’Arms Tech, il lui demande la fréquence d’appel afin de pouvoir contacter Meryl. Problème, M. Baker ne se souvient plus de la fréquence… Le personnage brise alors le 4e mur et informe Snake (et le joueur) que la fréquence d’appel «est au dos du boîtier CD», faisant référence à l’image qu’on peut retrouver sur le boitier sur jeu. De cette façon, le joueur doit absolument avoir le boitier afin de pouvoir continuer l’aventure du jeu.

Du Hideo Kojima à son meilleur !

MODIFIER LA JOUABILITÉ


Grand Theft Auto IV

Sorti sur PC/360/PS3, GTA IV a été un des jeux les plus populaires de 2008. Et qui dit populaire, dit souvent jeu très piraté, spécialement sur PC. Rockstar a intégré quelques éléments de protection à l’intention de ceux qui ont une version piratée, rendant le jeu pratiquement injouable. Dès que vous terminez le prologue, la caméra commence à bouger, comme si le personnage était constamment en état d’ébriété. Tellement que ça peut facilement vous donner un mal de cœur rapidement. Et même si vous réussissiez à supporter ce handicap, vous découvrirez assez rapidement que tous les véhicules vont accélérer de façon incontrôlable, rendant vos déplacements dans la ville presque impossibles.


Mirror’s Edge

Le principe de Mirror’s Edge est relativement simple. Parcourir la ville afin de se rendre au prochain point de contrôle en pratiquant l’art du parkour. Courir. Prendre de la vitesse. Sauter. Glisser. Mais pour ceux qui auraient eu l’idée de pirater le jeu, DICE leur a gardé une petite surprise qui rend le jeu complètement injouable. Lorsque Faith, l’héroïne du jeu, commence à prendre de la vitesse et à s’approcher d’une plateforme afin d’effectuer un saut, le jeu ralenti considérablement l’élan de Faith, au point où elle n’a plus assez de vitesse pour faire un saut digne de ce nom, empêchant le joueur de progresser dans le jeu !


Batman: Arkham Asylum

Premier titre Batman de Rocksteady Studios, sorti en 2009, le jeu contient une protection contre le piratage des plus frustrantes pour ceux et celles qui auraient eu la mauvaise idée de pirater le jeu au lieu de l’acheter dans la légalité. Batman ne peut tout simplement pas déployer sa cape afin de planer dans les airs, ce qui a pour résultat de faire tomber le Chevalier Noir vers la mort la plupart du temps. Il y a même un pirate qui s’est permis de se plaindre sur le forum du jeu, quelques jours avant la sortie officielle du jeu sur PC, afin de trouver une solution à son problème…

La chauve-souris qui ne pouvait voler…


The Talos Principle

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’équipe de développement du jeu The Talos Principle a le sens de l’humour. Sorti fin 2014 sur PC, ce jeu de réflexion développé par Croteam se permet de laisser le joueur qui aurait piraté le jeu de débuter normalement. Mais une fois la première partie du jeu terminée, il faut monter dans un ascenseur afin de pouvoir progresser et c’est à ce moment que le jeu détecte si la copie que le joueur utilise est légale ou non. Si c’est le cas, l’ascenseur continue de monter et le joueur peut continuer à jouer normalement. Mais si le jeu est une copie illégale, l’ascenseur se bloque à mi-parcours, piégeant le joueur à tout jamais !

Si seulement la vue était belle…


Crysis Warhead

Vous êtes-vous déjà imaginé un jeu de tir sans balles ou grenades à votre disposition ? Le studio Crytek a eu cette idée et a décidé d’implanter ce concept comme punition à ceux et celles qui auraient eu l’idée de pirater le jeu Crysis Warhead (2008). Ils ont même poussé l’idée plus loin, en remplaçant toutes les balles et les grenades du jeu par des poulets ! Et neutraliser des ennemis en lui lançant des poulets est assez peu efficace… L’idée fut tellement cocasse qu’on peut retrouver plusieurs vidéos sur Youtube de ce « glitch » comme plusieurs semblent toujours croire.

TRANSMETTRE UN MESSAGE


Quantum Break / Alan Wake

Tous les deux développés par le studio finlandais Remedy Entertainment pour les consoles de Microsoft, Alan Wake (2010) et Quantum Break (2016) partagent un easter egg qui vient rappeler au joueur en possession d’une copie illégale qu’il est un pirate. Si votre ordinateur ou votre console de jeu détecte un jeu volé ou piraté, le héros va porter un cache-œil de pirate tout au long de l’histoire. Une protection qui sert plus à transmettre un message au joueur fautif qu’autre chose, étant donné que ça n’affecte en aucun cas la jouabilité.

Yarr ?


Spyro : Year of The Dragon

Sorti en 2000 sur PlayStation et développé par Insomniac Games (Ratchet & Clank), Year of The Dragon possède plusieurs systèmes pour contrer le piratage dans son jeu. Premièrement, la fée qui vous permet de sauvegarder votre progression va vous prévenir que vous jouez avec une copie illégale du jeu. Par la suite, les ennemis vont devenir beaucoup plus difficiles qu’à l’accoutumé et le jeu va devenir instable, au point de faire planter votre console. Quelques objets importants pour la progression dans le jeu vont aussi disparaître, rendant le jeu impossible à terminer.

La copie illégale vous fera passer un mauvais quart d’heure !


Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille

La franchise Pokémon fait des heureux depuis déjà plusieurs années, autant chez les plus jeunes que les plus vieux qui ont grandi avec cette folie Pokémon au début des années 2000. Sortis en 2004, Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille contiennent un message pour le moins surprenant si vous décidez d’y jouer illégalement à l’aide d’une ROM du jeu. Lors de votre rencontre avec le matelot qui doit vous donner la permission pour entrer dans le SS Anne, ce dernier peut vous dire ceci : « En passant, si tu aimes ce jeu, achète-le ou meurs ». Néanmoins, il est important de mettre un bémol sur ce système d’antipiratage. Est-ce vraiment Nintendo qui a décidé d’inclure cette phrase ? Ou serait-ce le pirate qui a mis la ROM sur internet qui a modifié le code afin d’y glisser ce message ?

Un message assez clair