Mes craintes pour Star Ocean The Divine Force

Source: Square Enix

Star Ocean The Divine Force ne sent pas bon

C’est lors du très passable State of Play du 27 octobre que Square Enix a révélé un nouveau Star Ocean baptisé The Divine Force. De mon bord, ça ne me fait pas du tout rêver. Il y a fort longtemps, Star Ocean était synonyme de Space Opera, d’aventure au long cours avec un système de combat différent des JRPG traditionnels. Mais je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Entre l’antépisode The Last Hope et le ratage complet (que j’ai tout de même acheté en promotion hier) Integrity and Faithlessness, tri-Ace ne nous gâte pas pour les 25 ans de la série.

divine

Pour The Divine Force, le studio japonais nous livre, d’après la bande-annonce, ce qui ressemble à un sous-Monster Hunter qu’on dirait tout droit venu de la Dreamcast, de la PlayStation 2 ou au mieux de la PlayStation 3. C’est laid. Le design des personnages est générique à souhait. On le doit à Akira « akiman » Yasuda, un ancien de chez Capcom qui a tout de même signé les designs de Street Fighter Alpha 2 et Street Fighter III Third Strike. Pour Star Ocean, il est responsable du design des personnages d’Integrity and Faithlessness ainsi que l’épisode mobile Anamnesis. L’homme est clairement en manque d’inspiration.

Et je ne parle même pas de leur nom! Le héros blond qu’on dirait sorti d’un anime s’appelle Raymond. Oui, Raymond. Comme votre oncle ou votre grand-père qui pense que les vaccins anti-COVID transmettent la 5G. Ce n’est pas mieux du côté de l’héroïne qui se prénomme Laeticia, comme la garce de base de votre secondaire/lycée qui faisait courir des rumeurs. D’accord, on n’est pas encore rendu à Steambot Chronicles et ses noms de plante, mais ce n’est pas très encourageant. Tout comme les doublages anglais qui semblent dater des années 90 à l’époque où Internet n’existait pas et où il était difficile de comparer les pratiques de la concurrence.

Comme vous pouvez le voir dans la bande-annonce, on peut planer et voler grâce à une sorte de droïde dans de grandes étendues vides. C’est bien beau de faire des open world, mais si c’est pour qu’on s’ennuie, je préfère mille fois la linéarité d’un Final Fantasy X ou XIII. Par ailleurs, dans la description de la vidéo, Square Enix promet que les combats ne sont pas aléatoires : les combats n’ont eu ce format que dans les deux premiers jeux. Tous les autres avaient les ennemis à l’écran. Ce serait bien de connaître sa série, Square Enix! En voyant la vidéo on ne peut d’ailleurs s’empêcher de penser à Xenoblade Chronicles et Monster Hunter.

Bref, comme pour Final Fantasy XVI, j’ai peur. J’espère me tromper mais j’en doute.

Star Ocean: The Divine Force sera disponible en 2022 à vos risques et périls sur PS4, PS5, consoles Xbox et PC via Steam.