Jeu du Lundi : Onirim

C’est lundi et, on le sait tous, le lundi personne n’a envie de travailler. On recherche le moindre prétexte pour procrastiner. C’est donc avec grand plaisir que je vous annonce vouloir vous aider dans votre quête de tout-faire-sauf-du-travail. Tous les lundis, je vous donne le droit de décrocher quelques minutes en vous présentant un jeu de société. Qu’il soit récent ou sorti il y a 50 ans, le jeu sera tout le temps un coup de cœur personnel.

Si vous suivez mes Jeux du Lundi depuis un temps, vous commencez à le savoir, j’aime les jeux insolites : mécaniques jamais vues, thèmes bizarres, expériences multi-supports… Quand j’étais chez feue Filososofia, on s’est fait proposer de traduire un jeu de cartes sur un marcheur des rêves solitaire créé par un chanteur d’opéra belgo-libano-allemand avec un esthétique atypique au fusain : Onirim. Je vous laisse deviner si j’ai aimé le jeu ou pas. 😉

Et donc, qu’est-ce que c’est que ce jeu?

Bien qu’il soit agréable à deux, Onirim est vraiment pensé pour être joué en solo. On y incarne une rêveuse prisonnière des mondes oniriques. Pour espérer s’en sortir, on doit trouver les 8 portes qui se cachent dans les recoins les plus étranges des rêves.

Le jeu composé uniquement de cartes divisées en trois types : Portes, Labyrinthes et Cauchemars. Les cartes Labyrinthes sont divisées en 4 couleurs qui représentent les différents mondes oniriques, à chacun sont associées 2 Portes. De plus, les cartes Labyrinthes sont toutes marquées par un symbole différent : soleil, lune ou clé. Finalement, se trouvent 10 cartes Cauchemars qui viennent empêcher la joueuse de s’échapper.

Au début de la partie, toutes les cartes sont mélangées et on prend en main 5 cartes Labyrinthe. Si ce sont des cartes avec des symboles soleil ou lune, elles ne servent qu’à former un chemin devant soi. Si dans ce chemin, on joue trois cartes de même couleur de suite en alternant les symboles, on trouve automatiquement une Porte.

Une fois joué, on pige une carte pour revenir à 5 en main. Si c’est un cauchemar qui est pigé, on doit subir une pénalité comme remélanger dans le paquet une Porte trouvée précédemment ou jeter toutes les cartes de sa main. Si jamais on arrive au bout du paquer avant d’avoir trouvé toutes les portes, on reste prisonnier à jamais du monde des rêves!

Heureusement, pour nous aider, les cartes avec un symbole de clé ont plusieurs pouvoirs. Par exemple, on peut les jouer pour réorganiser les cinq premières cartes du paquet ou pour contrer un cauchemar.

De base, le jeu, selon la version acheté, vient avec jusqu’à 7 mini-extensions. De plus, l’auteur a créé plusieurs autres jeux dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’Onivers : Urbion (2012), Castelion (2015), Sylvion (2015), Nautillion (2016) et le tout nouveau Aerion (2019). Il existe aussi une version mobile gratuite d’Onirim.

DSoWAEculh
Onirim – 1-2 joueurs – 15 min. – 8+

À essayer si :

  • Vous êtes fan du solitaire et vous voulez essayer quelque chose de différent.
  • Vous avez envie d’un petit jeu simple et pas prise de tête.
  • Vous aimez les jeux proposant plein de variantes.

À éviter si :

  • L’idée d’avoir du hasard dans un jeu vous fait faire des cauchemars.
  • Vous êtes toujours plus de deux autour de votre table.
  • Les jeux avec des illustrations hors normes vous font reculer.
En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies