Critique – Ratchet & Clank: Rift Apart

Pour la première fois depuis 2013 avec Into the Nexus, Insomniac Games livre une nouvelle aventure principale de sa série Ratchet & Clank. Rift Apart est le porte-étendard des capacités techniques de la console PlayStation 5, développé à part entière sur la nouvelle console de Sony. À quoi peut-on s’attendre de notre Lombax favori?

Vers l’infini, et plus loin encore!

Le scénario de Ratchet & Clank: Rift Apart met en scène le duo emblématique à une reprise de prix. Clank, désireux d’aider son fidèle compagnon à retrouver son monde, a créé l’arme Dimensionator qui permet le voyage dans plusieurs dimensions. 

La cérémonie est vite interrompue par le Doctor Nefarious, qui s’empare de l’arme pour exterminer toute vie dans l’univers. S’ensuit une course contre la montre pour l’empêcher de mettre son plan à exécution dans une dimension parallèle où sévit un deuxième Nefarious encore plus redoutable.

Le scénario de Ratchet & Clank: Rift Apart est tout droit tiré des films de super-héros. Sa structure ne laisse pas beaucoup de place aux surprises. À peu près tous les clichés y sont, des héros irréprochables aux vilains mégalomanes.

D’un point de vue technique, le nouveau jeu d’Insomniac Games est incroyable. Tant les personnages que les environnements regorgent de détails. La fluidité est au rendez-vous : c’est un réel plaisir de traverser les mondes et de passer dans une faille dimensionnelle intégrée au level design. 

ratchet and clank rift apart photo mode 6

Plusieurs séquences de Ratchet & Clank: Rift Apart m’ont laissé bouche-bée tellement elles sont bien exécutées. Un coup de maître en matière d’animation et de présentation, rien de moins. Mon problème vient plutôt du fait que lesdites séquences ne sont pas très originales. Il s’agit dans la plupart des cas de passer d’un point A à un point B.

Malgré des environnements plutôt larges, la structure des missions est linéaire. Il y a place à l’exploration, ce qui est toujours positif. Cependant, pour ce qui est de la progression globale, c’est souvent en ligne droite. Il est possible de choisir l’ordre des missions en visitant une planète plutôt qu’une autre, mais au final ces choix m’ont semblé artificiels voire anodins. 

Le gameplay de Ratchet & Clank: Rift Apart est amusant. Comme dans tous les jeux de la série vous passerez beaucoup de temps à éliminer des ennemis à l’écran. Beaucoup plus que dans un jeu de plateforme traditionnel. Pour cette raison, Insomniac Games propose toujours un arsenal de destruction épatant. Dans Rift Apart, il y a plus d’une dizaine d’armes uniques que vous pouvez améliorer à votre guise. Du pistolet de base au lance-roquettes téléguidé, il y a du choix. Le seul hic, à mon avis, c’est que certaines armes sont tellement puissantes qu’il devient peu valable d’en utiliser d’autres. L’Enforcer, que j’appréciais particulièrement en début de partie, a été déclassé assez tôt et ce, même si j’avais investi des points d’amélioration pour augmenter ses statistiques. 

ratchet and clank rift apart photo mode 1

Les gadgets à la disposition de Ratchet et sa contre-partie féminine Rivet (elle aussi Lombax) sont limités. Il y a le très utile Phantom Dash qui permet d’esquiver les coups et de passer des contrôles de sécurité. Il y a aussi des bottes anti-gravité utiles pour atteindre des zones difficiles d’accès. Le Rift Tether est peut-être le plus intéressant de tous, permettant à Ratchet et Rivet d’exploiter des failles temporelles pour traverser les mondes. 

Un autre point qui m’a dérangé est celui des ennemis et des boss. Insomniac Games semble avoir manqué d’inspiration, car plusieurs ennemis sont recyclés dans le jeu, idem pour les boss. Après avoir vaincu quelques robots surdimensionnés, on pourrait s’attendre à plus. 

La durée de vie de Ratchet & Clank: Rift Apart est médiocre. En tout et pour tout, le scénario principal vous prendra une dizaine d’heures à compléter. Les plus perfectionnistes ajouteront quelques heures de plus pour tout débloquer. Il faut dire que le jeu est facile, peut-être trop même. L’ajout d’un mode défi est intéressant, d’autant plus que vous pourrez débloquer le potentiel ultime de vos armes. Il y a donc matière à rejouer, même si la structure globale des missions laisse un peu à désirer par son manque d’originalité. 

ratchet and clank rift apart photo mode 5

Verdict Ratchet & Clank: Rift Apart

En somme, je recommande Ratchet & Clank: Rift Apart. C’est un bon divertissement qui présente de beaux concepts et tire profit des capacités techniques de la PlayStation 5. Les plus jeunes y trouveront assurément leur compte. Pour ma part, j’ai bien apprécié, mais je crois que le jeu n’est pas allé au bout de ses idées. Un exemple est avec Rivet qui aurait pu être autre chose qu’une pâle imitation de Ratchet.

Site officiel : https://insomniac.games/game/ratchet-clank-rift-apart/

Verdict

Les plus

  • Esthétisme époustouflant, de la présentation des environnements aux personnages ultra détaillés
  • Des séquences à couper le souffle qui tirent avantage des capacités techniques de la PlayStation 5; l’enchaînement de certaines scènes est remarquable
  • Un arsenal diversifié pour combattre les créatures du Doctor Nefarious
  • Le concept des « dimensions de poche » (pocket dimensions) et leur intégration dans les niveaux
  • Un mode photo incroyable
  • Aucun temps de chargement

Les moins

  • Une aventure somme toute très courte : une dizaine d’heures de jeu pour le scénario principal
  • Un scénario peu imaginatif qui rassemble plusieurs clichés du genre super-héros
  • Un peu trop facile
  • Un bestiaire limité et recyclé avec des boss peu intéressants
  • Déséquilibre au niveau de l’utilité de certaines armes, beaucoup moins puissantes (ex : Ricochet, Buzz Blades, Enforcer, etc.)
  • Les puzzles avec Clank
  • Hormis l’inclusion des failles temporelles, l’originalité n’est pas au rendez-vous

Note finale 7.7 / 10