Après les tueries de la semaine passée, Walmart a décidé qu’il fallait suivre les directives du Président, à savoir ne pas faire la promotion des jeux vidéo violents.

Finie la promotion pour les jeux violents à Walmart

L’enseigne créée par Sam Walton a décidé de suivre les recommandations du Président Donald Trump à la lettre. En effet, ce dernier (nous y reviendrons dans un autre article) mettait en cause « les atroces et horribles jeux vidéo violents » dans les tueries qui sont survenues la semaine dernière au Texas et dans l’Ohio. À El Paso, c’est par ailleurs dans un Walmart que le drame est arrivé.

Eh bien, moins d’une semaine après les faits, le siège oblige les employés à retirer toute forme de publicité pour les jeux vidéo dits violents. Il faut comprendre par là les FPS aux graphismes réalistes, ou les jeux de combat gore, vous voyez ce que je veux dire… On parle donc d’affiches à retirer, de bornes de démonstration à supprimer. Sachant que tout indique que le terroriste, un adepte de la suprématie blanche, n’était pas un adepte de jeux vidéo mais bien un tueur méthodique, raciste et xénophobe.

Quant aux armes, elles sont toujours disponibles et affichées avec un cynisme sans pareil. Sam Walton doit se retourner dans sa tombe.

Heureusement, sur Twitter, certains employés se rebellent et refusent de céder aux pressions de la direction. On espère qu’il ne leur arrivera rien et qu’ils conserveront leur emploi. Mais rien n’est moins sûr dans ce pays.