Throwdown Series saison 2

Jeux.ca - 31 Mai. 2017 21h37

 

Les meilleurs casinos en ligne du moment

Play Ojo

Bonus

0 $CA+ 80 Tours gratuits

BetCoCo Casino

Bonus

1 000 $CA+ 100 Tours gratuits

Firevegas Casino

Bonus

2 000 $CA+ 150 Tours gratuits

Leovegas Casino

Bonus

1 000 $CA+ 100 Tours gratuits

LeonBet Casino

Bonus

5 500 $CA+ 100 Tours gratuits

Greatwin Casino

Bonus

750 $CA+ 200 Tours gratuits

Wildz

Bonus

1 000 $CA+ 200 Tours gratuits

IZZI Casino

Bonus

1 200 $CA+ 500 Tours gratuits

Fresh Casino

Bonus

1 500 $CA+ 500 Tours gratuits

Spinz Casino

Bonus

300 $CA+ 100 Tours gratuits

Laz Vegas Casino

Bonus

1 500 $CA+ 100 Tours gratuits

Royal Panda Casino

Bonus

1 000 $CA

Royalistplay Casino

Bonus

1 500 $CA

ZAZA Casino

Bonus

1 500 $CA+ 1000 Tours gratuits

legendplay casino

Bonus

1 500 $CA+ 50 Tours gratuits

Oshi Casino

Bonus

6 000 $CA

Doggo Casino

Bonus

500 $CA

Boom Casino

Bonus

100 $CA

Palm Slots Casino

Bonus

1 500 $CA

Powbet Casino

Bonus

100 €

Mr Mega Casino

Bonus

200 $CA

North Casino

Bonus

5 000 $CA

zoome.casino

Bonus

2 500 $CA+ 250 Tours gratuits

Avec la dominance des deux principales régions de Rocket League, soit l’Europe et l’Amérique du Nord, il est facile de passer à côté de certaines régions, comme l’Océanie, qui s’améliorent rapidement dans l’ombre.

Associées aux RLCS, les Throwdown Series permettent justement de démontrer l’étendue du talent présent dans la région océanienne, et force est d’admettre qu’elle commence peu à peu à souffler dans le cou des joueurs professionnels des RLCS. Cet article a donc pour but de faire un bref tour d’horizon de la dernière saison des Throwdown Series et de discuter des chances de la région Océanie aux championnats du monde.

La deuxième saison des Throwdown Series a pris fin le 21 mai dernier après une semaine de qualifications, 4 semaines de saison régulière et une fin de semaine de séries éliminatoires; un format très similaire aux RLCS. La saison régulière opposait 8 équipes dans un format round-robin, pour un total de 7 séries par équipe. Pour avoir un aperçu, je vous suggère de regarder les meilleurs moment de la saison que je mettrai en annexe à la fin de cet article.

Voici le classement général des équipes à la fin de ces 4 semaines d’activités:

Source: ThrowdownTV.gg

Les séries éliminatoires se sont disputées le 21 mai dernier entre Alpha Sydney, JAM Gaming, Sandcastle et 1More dans le cadre d’une bracket à double élimination. Le tableau suivant résume ce tournoi:

Source: rl.esportswikis.com

En plus de remporter respectivement 3900 et 3000 dollars australiens, Alpha Sydney et JAM Gaming ont aussi concrétisé leur place aux championnats du monde des Rocket League Championship Series aux côtés des 8 meilleures formations d’Europe et d’Amérique du Nord. Il s’agit d’une première participation pour la région Océanie au tournoi de Rocket League le plus prestigieux au monde, et cela démontre que la scène compétitive de cette région a fait beaucoup de chemin depuis la première saison des RLCS.

Sur une note plus légère, il est bon de mentionner que le véhicule le plus utilisé du côté océanien s’avère le Dominus, comparativement au Octane qui domine les deux autres régions. Si l’on compare les 4 meilleures équipes de chaque région, 75% des joueurs utilisent l’Octane pour l’Amérique du Nord et l’Europe, alors que les deux tiers des joueurs utilisent le Dominus pour l’Océanie.

L’Octane Le Dominus

Bien entendu, l’Océanie aborde les championnats mondiaux en tant que région négligée. Non seulement elle s’avère la région la moins bien représentée avec seulement deux équipes, mais aussi plusieurs experts et amateurs voient les deux équipes océanienne éliminées très rapidement. Évoluant dans un circuit moins populaire que les RLCS, il est d’une certaine façon assez normal que ces équipes soient négligées. Cependant, quelles sont réellement les chances de Alpha Sydney et JAM Gaming au tournoi de Los Angeles?

Personnellement, je ne crois pas que JAM Gaming ait l’étoffe de compétitionner à un si haut niveau. Ses joueurs sont certes très talentueux, mais j’ai pu remarquer beaucoup d’erreurs de leur part lors des finales régionales océaniennes, et les équipes européennes et nord-américaines ne manqueront pas de les faire payer pour cela. De plus, les joueurs de JAM Gaming n’ont pas vraiment d’expérience de jeu sur une scène aussi grande que celle des finales des RLCS.

En revanche, Alpha Sydney a démontré du jeu assez solide au cours des finales régionales d’Océanie, et elle a dominé la région de manière assez convaincante. Est-ce que l’équipe de l’heure en Océanie a de réelles chances de remporter les championnats mondiaux? Pas vraiment. A-t-elle le talent pour se rendre très loin et causer des surprises de taille? Je ne crois pas. Je crois cependant qu’Alpha Sydney possède de réelles chance de gagner quelques séries et de venir à bout de certaines équipes européennes ou nord-américaines qui jouent avec moins de confiance. Si c’est le cas, il s’agira d’une petite victoire pour la région océanienne que, je le rappelle, plusieurs voient ne même pas gagner une seule série.

Dans tous les cas, il sera très intéressant de voir évoluer ces deux équipes sur une grande scène professionnelle comme celle des finales des Rocket League Championship Series. Ce tournoi sera présenté au Wiltern Theatre les 2, 3 et 4 juin prochains et sera diffusé en direct sur la chaîne Twitch des RLCS. Je publierai sous peu un article afin de mettre la table pour cet événement.

À lire aussi

RLCS saison 3: championnats régionaux

Meilleurs moments de la saison 2 des Throwdown Series