Portrait de joueuse: K-Disaster Streameuse sur Twitch

Émilie Paquin - 31 Mar. 2019 9h28
pic
K-Disaster

La talentueuse et sympathique K-Disaster a discuté avec nous quant à son expérience en tant que streameuse sur Twitch.

Qui est donc K-Disaster ?

K-Disaster : Je suis
préposée aux bénéficiaires de profession depuis 7 ans, maintenant et je
travaille principalement de nuit. Ça fait 10 ans que je joue à des jeux vidéo
en ligne, avant j’étais sur console. Je suis tombé en amour avec la plateforme
qu’est le PC depuis.

Le streaming c’est quelque chose qui m’intéressait depuis un moment.
Je me considère vraiment comme une personne super charismatique, j’adore faire
rire les gens, je suis vraiment expressive de mes mains et de mon visage, donc
je pense que je suis intéressante à regarder à ce niveau-là (rire).

Quand je me suis fait repêcher par Bûcherons.ca, ç’a été vraiment presque une révélation. Il y a des communautés qui existe pour mettre l’emphase sur l’entraide entre les streamers, l’entraide entre les joueurs, puis de garder ça le moins toxique possible.

Comment as-tu commencé à streamer
?

K-Disaster :Je suis
relativement nouvelle au streaming.
J’ai commencé à streamer au mois
d’octobre 2018 avec aucune connaissance. Je me suis acheté une webcam, mon PC,
je me suis monté mon set up, puis je
me suis dit on se lance ! J’ai obtenu mon affiliation avec Twitch assez rapidement, parce que j’avais déjà une bonne base
d’amis gameurs sur PC qui sont venus
me supporter dans mon projet streaming.
Même depuis, je remarque qu’il y a beaucoup de support. Les histoires
d’horreurs de trolls et de view bot et compagnie je n’ai pas encore
goûter à ça. Je me considère assez chanceuse.

J’ai commencé à streamer en
octobre et déjà en novembre j’avais Bûcherons.ca m’a approché parce qu’ils
étaient intéressés par l’énergie que je mettais dans mon stream. Depuis que je suis avec eux, ça été un super tremplin pour
ma chaîne Twitch. J’ai vraiment un viewership qui est en train de se
construire et c’est merveilleux de voir qu’il y a autant de monde qui répond
aux efforts qu’on met dans ce qu’on fait et dans le streaming.

Avant de jouer à R6S, à quoi
jouais-tu avant ?

K-Disaster : J’ai toujours
été une joueuse de shooter. Sur
console, le premier jeu en ligne qui m’a vraiment accroché et qui m’a fait
tomber en amour avec le genre c’est Call
of Duty, World at War
sur Playstation
3
. Ç’a vraiment été le premier jeu que j’ai joué et auquel je me disais que
je n’étais pas si mauvaise que ça finalement ! À partir de ce moment-là, j’ai
joué à plusieurs autres shooters.
Aussi, j’ai mes petits moments où je vais jouer à mes RPG et mes Elder Scroll, Dragon Age, mais plus de manière
personnelle.

Pour ce qui est des jeux PC shooter, Rainbow Six Siege c’est
vraiment mon jeu de prédilection. Depuis que le jeu est sorti, j’ai trouvé vraiment
mon shooter. Je pense qu’en un an sur
PC j’ai au-dessus de mille heures sur R6S (rire).

Ultimement aimerais-tu faire partie d’une équipe d’esport ?

K-Disaster : Je ne pense pas que je suis dans une position pour le faire considérant mon horaire de travail très irrégulier. Donc, il serait difficile de me joindre dans une équipe d’esport. Par contre, on a des projets d’avenir avec Bûcherons.ca : nous pensons avoir, éventuellement, notre petite équipe pour R6S. Depuis les derniers mois, la communauté de R6S sur Bûcherons.ca a grandi énormément et plusieurs intéressés sont venus nous demandés qu’on fasse des streams avec d’autres équipes et avec d’autres communautés. Je pense que c’est un beau projet qui devrait bientôt voir le jour. De plus, c’est quelque chose que nous faisons avec d’autres jeux comme Overwatch par exemple. En plus, si on peut se présenter dans des événements comme le Lan ETS l’an prochain pour faire des compétitions amicales, ça serait fantastique !

Picture
K-Disaster avec son t-shirt officiel de Bûcherons.ca

Tu sembles vraiment t’insérer très bien dans le monde du stream ! Est-ce que tu rencontres tout
de même quelques défis dans ta pratique ?

K-Disaster : En dix ans, j’ai
fait un peu le tour depuis que je suis sur PC et j’en ai vu de toutes les
couleurs. Déjà que je sois une femme dans le gaming, en partant, c’est un défi. Depuis que je joue à des jeux
vidéo en ligne,  je les ai déjà pas mal vécus
les niaiseries qui peuvent se dire. Ça m’arrive encore à l’occasion d’avoir des
jeunes gens immatures qui me demandent de retourner à la cuisine. En général,
plus les années avancent, plus je trouve qu’on est mieux reçue. Surtout quand
on joue pour le plaisir de jouer. Les femmes sont de plus en plus présentes et
font autant de bon contenu, voir même meilleure que certains membres homme de
la communauté. Je vois aussi qu’il y a des supports qui se fait aussi dans la
communauté, c’est beau à voir.

Comment gères-tu les trolls
ou les personnes toxiques sur ton stream
?

K-Disaster : Je ne mets pas
l’emphase sur mon décolleté et encore moins sur des commentaires à caractère
douteux, donc si les spectateurs sont là pour ça, ils risquent d’être fortement
déçus. Quand je dis que je suis expressive pendant que je joue, je pense que
c’est quelque chose que mes viewers
aiment voir : ils peuvent voir mes réactions exagérées et drôles face aux
événements qui se passe dans le jeu. De plus, c’est super important d’avoir une
relation avec tes viewers, même s’il
y en a juste un qui te parle, parce que c’est ça qui va faire que ta communauté
va se bâtir et qu’elle va revenir. Si tu fais juste focusser sur ton jeu sans focusser
sur ce qui se passe auprès de ceux qui te regarde, ces personnes-là tu vas les
perdre, parce que faire du streaming
c’est aussi faire du divertissement. Tu es là pour eux, pas juste pour toi,
sinon tu ferais juste jouer et pas en train de streamer.

Fais-tu autre chose que juste de séance de jeu ?

K-Disaster : Pas pour
l’instant, puisque c’est tout de même nouveau mon streaming. Je suis en train de développer mes propres « stratégies
» qui font en sorte que ma chaîne est devienne unique. Il y a en a qui font des
choses spéciales pour ceux qui s’inscrivent, d’autres par rapport aux donations,
etc. Je n’ai pas encore mis nécessairement le focus sur ça, puisque ma
communauté est assez petite pour l’instant, mais pour avoir presque 250 followers en presque 4 mois, je ne suis
vraiment pas à plaindre. Comme ma communauté est encore petite, je ne focusse
pas encore sur les badges ou les trucs comme ça, mais j’aimerais ça m’y mettre
bientôt

J’aimerais aussi mettre l’emphase sur streamer un peu plus tôt. Avec mon rythme de vie, j’avais tendance à streamer à partir de 22h jusqu’à 3h, ce qui fait que j’ai une audience un peu plus différente de celle qui est de soirée ou d’après-midi. Il y a beaucoup de personnes qui me regardent en France, qui sont plutôt sympathiques, mais disons que je n’arrive pas aisément à rejoindre les Québec. Donc, en commençant un peu plus tôt j’arriverais plus à les rejoindre. J’aimerais aussi me faire un horaire de stream préétabli pour mes viewers puissent se synchroniser pour venir me voir. Peut-être même de faire un horaire à la semaine aussi, pourquoi pas.

J’essaye de monter mon brand à ma façon tout en apprenant. En
plus, de m’être fait repêcher si tôt par Bûcherons.ca pour faire partie de leur
équipe, il y a tellement de streamer qui
ont plus d’expériences que moi qui nous donne des trucs, qui nous encourage à
mettre le focus sur des choses importantes, etc. Vraiment, je n’aurais pas pu
tomber mieux, c’est fantastique ! Ils sont comme des mentors. Ils me guident
énormément sur les directions à prendre pour améliorer la qualité de mon
contenu. Je pense que d’ici les prochains mois, si ma chaîne n’atteint pas un
certain standard de qualité qui se compare à des streams professionnels c’est parce que c’est moi qui n’ai pas mis
assez d’efforts, parce que vraiment ils mettent toutes les chances de notre
côté pour qu’on puisse avoir du succès.

Que dirais-tu aux femmes qui souhaitent se lancer dans le streaming ?

K-Disaster : J’ai hésité
tellement longtemps avant de faire du streaming,
parce que je ne pensais pas que ça allait fonctionner pour moi. Je dirais à
toutes les demoiselles qui désirent faire du streaming, mais qui pense qu’elles n’ont pas tout ce qu’il faut
pour réussir, je veux vous dire, vous n’avez pas besoin d’exposer de la peau ou
d’être plus « sexualisé » sur Twitch
pour être capable de te bâtir une communauté, c’est extrêmement possible et
même que je les encourage à plus se respecter là-dedans. J’aimerais que la
communauté de femmes sur Twitch
surtout au Québec prenne de l’essor d’une façon plus saine et respectable.
J’aimerais aussi dire à toutes ces femmes, si vous y pensez, faites-le, parce
que c’est une bonne idée. Il y a vraiment du bon monde qui vont venir vous voir
et vous encourager et vont peut-être venir vous recruter dans leur communauté.
Si vous faites ça avec la passion du gaming
et du divertissement, ça ne peut pas ne pas fonctionner. J’ai une grande
satisfaction intérieure à pouvoir prouver qu’on est capable de le faire aussi
bien que n’importe quel streamer
homme sur Twitch !