Sony et Microsoft main dans la main pour emmener le jeu vidéo au septième ciel

Microsoft a décidément le cœur sur la main. Après Nintendo, c’est au tour de Sony, pourtant réfractaire à ce genre de partenariat, de répondre à l’appel du pied de son concurrent. Mais c’est pour une raison bien précise.

Sony et Microsoft sont sur un nuage

On sait que Microsoft est prêt à tout pour faire avancer le jeu vidéo, quitte à passer pour un éditeur tiers de temps à autre notamment avec la sortie récente de Cuphead sur Nintendo Switch. Mais aujourd’hui c’est avec son autre concurrent direct que la firme de Redmond a décidé de s’associer. En effet, Sony a répondu de manière positive à cette sollicitation qui ne vient tout de même pas de nulle part.

L’idée, ici, est de profiter de l’infrastructure nuagique (le Cloud) de Microsoft pour proposer du jeu vidéo en streaming. Bien que Sony ait son propre service (PS Now, ex-Gaikai, conçu par David Perry), rien ne l’empêche dans l’absolu de profiter des serveurs Azure de son nouveau partenaire d’affaire. Par ailleurs, rappelons qu’il s’agit ici de Sony et Microsoft soit les maison-mère de PlayStation et Xbox respectivement. Il y a dès lors moins de questions à se poser que si on voyait Shawn Layden et Phil Spencer officialiser une quelconque union entre leurs deux entités.

Mais il y a bien évidemment une raison à un tel partenariat. Souvenez-vous, au mois de mars, une entreprise à la pointe de la technologie faisait une annonce fracassante. C’est bien évidemment de Google dont on parle et de son service de jeu en streaming Stadia. Il semblerait donc que l’union fait la force pour tenter d’endiguer ce raz-de-marée qui s’en vient. Mais est-ce que ce sera suffisant? Seul l’avenir nous le dira.

Enfin notons que cette association porte aussi grandement sur l’intelligence artificielle, une technologie pour laquelle Montréal fait très bonne figure sur la scène internationale.

En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies