Yannis Mallat, PDG d’Ubisoft Canada, a visité l’école Sainte-Gertrude le 10 décembre dernier pour dévoiler les ambitions du studio dans l’éducation et communiquer un partenariat avec le Réseau Technoscience. Par conséquent, en tant homme d’affaires visionnaire, il a bien compris que l’impact du mastodonte du jeu vidéo allait bien au-delà de sa raison d’exister. La vision de M. Mallat pour Ubisoft dépasse les jeux vidéo en tant que tels et considère l’éditeur comme une porte d’entrée pour intégrer les avancées technologiques dans la tendance dominante et améliorer la qualité de vie.

Aujourd’hui, le développeur de jeux vidéo de plusieurs milliards de dollars a les yeux rivés sur le monde des affaires et de l’éducation. Dans ce contexte, lors de son discours à la Chambre de Commerce de Montréal le 27 novembre, Mallat a braqué les projecteurs sur Ubisoft Éducation, un programme ayant établi des partenariats stratégiques avec six universités et organismes québécois, qui ont pour vocation d’enseigner aux enfants à coder.  Le programme de codage donnera accès à des connaissances et à des outils auxquels de nombreux jeunes défavorisés n’ont pas accès, ce qui est primordial pour les mener sur la voie du secteur technologique.

« L’éducation est et restera le principal moteur du développement économique du Québec et de Montréal au 21e siècle », a assuré M. Mallat.  Le programme regroupe chaque année 5000 élèves d’établissements secondaires et postsecondaires.

Les liens d’Ubisoft avec le monde académique sont encore plus profonds. En juillet 2018, le studio s’est associé avec la startup Galilei de l’Université Concordia pour collaborer à la technologie de RV, un projet auquel Ubisoft s’est essayé au cours des quatre dernières années. De tels partenariats permettent aux doctorants et chercheurs d’accéder aux données d’Ubisoft et de les utiliser pour leurs propres recherches.

Ubisoft Montréal comprend que la clé de son succès se trouve dans le talent dont elle s’est entourée, dont plusieurs viennent de la belle province. Pour continuer à investir dans l’économie du savoir dont le studio est le siège social depuis 20 ans, Ubisoft prévoit de continuer à investir dans le bassin de talents de Montréal. La société a investi 5 millions de dollars dans le fonds de capital-risque White Star Capital dans le but d’investir dans des startups locales.

Ces investissements sont le reflet de la confiance d’Ubisoft dans la province, lui ayant apporté tant de choses au cours de ses 20 années d’existence. Cette conviction va au-delà d’un simple bilan et met en lumière l’esprit entrepreneurial unique à Montréal. Qu’il s’agisse de startups ou de talents intellectuels locaux, Ubisoft a vu nombre de ses anciens employés réaliser des choses incroyables après qu’ils aient franchi leurs portes.    

Le mastodonte québécois du jeu vidéo a ouvert son siège social à Montréal en avril 1997 et a contribué à faire de Montréal une ville « globale » à la fois dotée de talents créatifs et d’un pôle technologique. Ubisoft emploie actuellement plus de 4000 personnes dans la province, ce qui en fait l’un des plus grands studios dans son genre au monde. Au cours de ses 20 années d’existence, l’entreprise a investi plus de 4,5 milliards de dollars dans l’économie québécoise. M. Mallat indique qu’Ubisoft prévoit d’investir 5 milliards de dollars supplémentaires d’ici 2027.   

Article sponsorisé

Commentaires