À l’occasion de la journée internationale des Droits de la Femme, je désirais partager mon palmarès des personnages féminins qui m’ont le plus influencée.

Je joue aux jeux vidéo depuis au moins 25 ans et depuis ma tendre enfance j’ai eu la chance de voir l’industrie du jeu vidéo se diversifier et se complexifier pour le plaisir des joueurs et des joueuses du monde entier. Dans les dernières années, je vois aussi un certain effort de la part de l’industrie à vouloir donner plus d’options pour les personnages joués et aussi dans la représentation de ceux et celles-ci.

Étonnamment, pour ma part, j’ai toujours aimé jouer à des jeux d’aventure où les trames narratives laissent libre cours à ma créativité et qui me permettent de découvrir un nouveau monde. Au travers de ces types de jeux, j’ai rencontré plusieurs protagonistes femmes qui m’ont beaucoup marqué et qui m’ont permis de jouer autre chose que simplement des hommes indestructibles et sans émotions. Il va sans dire que plusieurs personnages non joueurs féminins m’ont aussi grandement inspirée tout autant sinon plus. Je vous ai fait une ode qui, je l’espère, rendra hommage à ces personnages que j’adore et qui parfois passe sous le radar de bien des joueurs et joueuses.

  1. La princesse Zelda dans The Legend of Zelda
DRCURoDVQAALzS
La princesse Zelda (2017, Nintendo).

The Legend of Zelda, c’est avant tout ma franchise de jeux préférée. J’ai adoré tous les jeux et je suis fière de m’identifier en tant que fan girl fini de ces jeux. Mon premier Zelda (ou plutôt le premier qui est apparu dans ma télévision et joué par mon frère) a été Link to the Past. Déjà là, je trouvais que Zelda était une femme très belle, sage et avait tout le potentiel d’être une femme puissante (oui, oui, j’ai tout vu ça au travers des pixels généré par ma Super Nintendo).

Legend of Zelda Ocarina of Time Zelda Captured
Dans Ocarina of Time, dès qu’on voit le visage de Zelda adulte pour la
première fois, bam !, elle se fait capturer… plutôt moche.

Pourtant, je me suis bien rendu compte que tout comme Peach dans Mario, Zelda est carrément une femme en détresse qui ne peut être sauvée que par Link. Et lorsque je me suis rendue à l’évidence de cette dynamique, j’étais grandement déçue que Nintendo ne lui donne pas plus que simplement le titre de « princesse qui a besoin de se faire sauver ».

Dans les autres jeux, par la suite, par chance, il était possible de voir Zelda accompagner Link durant la dernière bataille finale avec Ganon, soit pour ouvrir des portails ou pour tirer des flèches magiques. C’est seulement à partir de The Breath of the Wild, qu’il est enfin possible de voir une Zelda avec une personnalité propre : elle est intelligente, dévouée, curieuse et une princesse très forte. C’est d’ailleurs (spoilers !) elle qui sauve Link et qui maintient l’équilibre au royaume d’Hyrule contre la Calamité de Ganon. Bon, certains diront qu’il faut quand même attendre Link pour réellement détruire Ganon puisqu’elle ne peut le faire seule et à ça je réponds : je suis tout de même très heureuse de pouvoir voir enfin la Zelda que j’ai toujours voulu voir étant enfant : intelligente, brave et forte et pratiquement plus forte que Link.

  • Undyne dans Undertale
maxresdefault
Undyne (2015, Toby Fox)

Lorsqu’on me parle de personnages forts féminins, étonnamment je ne pense pas tout de suite à Lara Croft (quoi qu’elle l’est, bien sûr). Je pense plutôt à Undyne dans le jeu Undertale. Cette femme (poisson?) est la chef de l’armée des monstres qui vivent dans un monde en dessous du nôtre. Cette leader mène les troupes et est reconnue pour être parmi les plus redoutables guerrières qui soient.

mslsm
Elle me fait drôlement penser à Diaz dans Brooklyn Nine Nine

Dans ce jeu, les humains sont considérés des bêtes méchantes et dangereuses qu’il faut absolument tuer. Lorsque Undyne rencontre le protagoniste (un humain) il est possible de voir toute sa puissance et sa détermination à vouloir protéger les gens qu’elle aime. Elle est d’ailleurs même prête à se sacrifier pour le bien de sa communauté. Bon, si vous avez joué la version pacifiste, vous vous rendez rapidement compte qu’Undyne est en fait une femme très sympathique, qui a de la difficulté à exprimer ces émotions, maladroite parfois, mais qui a un cœur d’or.

Par contre, si vous avez joué la version génocide, attendez-vous à tout un combat de sa part. Elle représente pour moi LA femme forte non stéréotypée dans les jeux vidéo : forte, mais avec une personnalité accueillante et imprévisible.

  • Max dans Life is Strange
ill cd max lifeisstrange
Max, (2015, DONTNOD)

Max Claufield est une étudiante qui se retrouve bien malgré elle dans une situation paranormale des plus étranges. En voulant sauver son amie Chloé de la mort, elle découvre qu’elle peut reculer le temps et changer les événements qui surviendront.

Non seulement la mécanique de jeu est merveilleuse et ingénieuse et en plus, le joueur ou la joueuse est plongé dans le monde de Max : nous sommes confrontés à faire des choix qui ne nous plaisent pas tout le temps, mais aussi nous nous retrouvons dans des situations où les choix peuvent être injustes ou tout simple sans éthique.

lifeisstrangeetrailer
Parmi les jeux qui m’ont fait pleurer devant mon écran

Le personnage n’est plus simplement une coquille vide dans lequel joueurs et joueuses peuvent facilement s’associer, mais bien plus que ça. Pour ma part, j’ai été amené à réfléchir énormément à mes actions, mais aussi, le fait de vivre une expérience aussi complexe m’a permis de m’immerger dans l’histoire de notre courageux et dévoué protagoniste Max. Sa force ne se voit pas nécessairement par le physique, mais il est possible de voir une femme avec une incroyable résilience mentale qui n’en fait pas un personnage féminin cliché.

  • Jodie de Beyond :Two Souls
ckdAcXtkcBUBAfN
Jodie, (2013, Quantic Dream)

Ellen Page est non seulement une bonne actrice, mais elle est aussi une chouette personnage dans le jeu Beyond Two Souls. Jodie, la protagoniste, devient une agente des forces de l’armée et est dotée de « pouvoirs spéciaux ». Depuis sa naissance, une puissante entité invisible du nom d’Aiden la suit constamment et cohabite avec elle. Cette entité peut faire bouger des choses, interagir avec des objets et des personnes, et peut passer au travers des murs. Le titre se joue dans un récit enchâssé, c’est-à-dire que nous voyons toute l’histoire de la vie de Jodie, mais pas nécessaire en ordre chronologique.

maxresdefault
Jodie durant son adolescence

Tout comme Max Claudfield, Jodie est toujours confrontée des choix qui ne lui plaisent pas toujours, mais reste brave dans les moments difficiles. Ce que j’adore de Jodie c’est définitivement sa personnalité : j’ai été capable de m’identifier auprès d’elle autant dans ses moments de colères, de peine, de joie et même sa crise d’adolescente ! Dans la plupart des jeux vidéo, les personnages féminins sont souvent muets ou simplement là pour faire joli, mais pas Jodie. Je ne dis pas que Jodie n’est pas jolie (bien au contraire !) disons simplement qu’elle ne se laisse pas marcher dessus et qu’elle ose parler et agir lorsque quelque chose ne lui plaît pas. Et ça, ça me plaît comme personnage !

  • Moira d’Overwatch
moira
Moira (2016, Blizzard)

La première fois que j’ai vu la bande-annonce d’Overwatch, je voulais absolument jouer à ce jeu. Quand j’ai vu que c’était un jeu en ligne, je suis devenue réticente et je n’ai pas voulu m’y plonger par peur des trolls et des personnes toxiques. Heureusement, lorsque j’ai vu il y a quelques années une entrevue des Sailor Scouts, elles m’ont convaincue de ne pas avoir peur et de jouer.

Convaincue je décide donc, de me trouver des amis.es pour jouer. Ma première réaction fut la confusion : je ne comprenais absolument rien à ce jeu et par le fait même j’étais très poche. Heureusement, les joueurs et joueuses en quick play sont plutôt sympathiques. Ma deuxième réaction fut la joie : je voyais pour la première fois une panoplie de variété et une diversité dans les personnages qu’il était possible de jouer. J’étais en extase. On peut jouer femmes, hommes et même animaux ! Et surtout, tous les personnages ont chacun leurs personnalités et leurs pouvoirs uniques.

bdae
30 héros disponibles !

Cette diversité de genre, d’orientation sexuelle, d’ethnie et de représentation des corps m’ont beaucoup plu et c’est pour ça qu’aujourd’hui je ne suis pas capable de passer une journée sans jouer et essayer tous les personnages. Même si j’ai joué pas mal tous les personnages, ma main reste Moira. Je ne sais pas trop pourquoi, mais au début je ne voulais pas jouer un personnage support et encore moins un personnage qui ne me ressemblait pas du tout autant du niveau physique ou au niveau de la personnalité.

Pour moi, Moira n’est pas une héroïne : c’est une scientifique qui éthiquement parlant se fout pas mal de sa démarche, parce que pour elle c’est le résultat qui compte ! Et pourtant, je trouve que c’est la plus forte des supports et maintenant j’adore la jouer et aider les gens de mon équipe. C’est grâce à une scientifique « folle », tout le contraire de moi et très peu héroïque, que je peux jouer en ligne et sauver mes coéquipiers, qui l’aurait cru ?

J’espère que j’ai pu vous faire découvrir de nouveaux personnages ou du moins vous les faire découvrir sous un nouvel angle. Ce qu’il est important de retenir c’est que l’industrie commence enfin à nous faire des aventures variées et qui ne sont pas seulement jouables que par des protagonistes hommes ou des femmes hyper-sexualisées. L’important, à mon avis, est qu’un jeu est beaucoup plus intéressant lorsqu’il est diversifié et qu’il permet aux joueurs et joueuses de jouer quelque chose de différent.

Commentaires