Michel Ancel arrête le jeu vidéo

Source: Ubisoft

Le créateur de Rayman quitte l’industrie du jeu vidéo

C’est via Instagram que l’on apprend ce matin que Michel Ancel, créateur de nombreux jeux comme Rayman, Beyond Good & Evil ou encore le mystérieux Wild, arrête le jeu vidéo. Son message est on ne peut plus clair : « (…) Après plus de 30 ans, j’ai décidé d’arrêter le jeu vidéo et de me concentrer sur ma seconde passion : la faune sauvage. (…) Nombres d’entre vous doivent se demander ce qu’il va advenir de Wild et BGE2 (Beyond Good & Evil 2 NDLR). Soyez sans craintes, les équipes sont autonomes depuis des mois et les projets avancent super bien. De belles choses seront montrées prochainement. »

Le créateur qui a véritablement commencé sa carrière dans le château de Carentoir, en Bretagne, aux tout débuts d’Ubisoft, a visiblement besoin de souffler. Fils d’un militaire, Michel Ancel et sa famille déménage régulièrement au gré des affectations du patriarches. Tantôt en Lorraine, puis en Tunisie avant de revenir s’établir à Reims, en Champagne, avant de retourner dans le sud de la France près de Montpellier, d’où il est originaire. On apprend par ailleurs dans le livre de Pix’n’Love, Michel Ancel, Biographie d’un créateur de jeux vidéo français (paru en 2010), de la part de sa sœur Sophie, que le créateur « a un besoin vital de côtoyer la nature, et en particulier la mer, pour se révéler et s’épanouir. » Les chiens ne font pas des chats.

Bien évidemment, il est impossible pour nous de ne pas faire le rapprochement entre cette annonce et le marasme dans lequel Ubisoft est plongé. On sait que Michel Ancel n’a cure des politiques internes et a toujours privilégié ses créations avant tout. Mais n’oublions pas non plus que BGE2 est en développement depuis la sortie du premier soit 2003 (les équipes planchent en effet sur une suite dès que le développement de BGE est terminé malgré l’absence de feu vert d’Ubisoft). En 2008, lors du premier concert en France du Video Games Live de Tommy Tallarico (et Jack Wall), Michel Ancel est sur scène, présente un trailer de BGE2 et annonce qu’Ubisoft lui a donné carte blanche. Mais le projet s’embourbe. Jusqu’en 2017, à l’E3 durant la conférence de presse de l’éditeur français. Le jeu est enfin officiellement officiel comme dirait l’autre. Mais depuis, plus rien à part nous dire que ça existe toujours. Même son de cloche pour Wild. Il est toujours en développement.

En tout cas on souhaite le meilleur à Michel Ancel, beaucoup de repos et on lui dit surtout un gros merci pour toutes ces créations.