Les jeux les plus marquants de la décennie selon le magazine EDGE

Dans son numéro spécial de Noël, le magazine EDGE se concentre non pas sur les meilleurs jeux de la décennie, mais ceux qui l’ont façonnée. Avant de vous proposer notre propre liste voici celle de la publication britannique.

1. Amnesia The Dark Descent – 2010

Selon le mensuel, ce jeu est marquant non pas pour ses qualités intrinsèques mais pour le méta-jeu et avoir permis l’émergence de la culture Youtube. En effet, c’est avec le titre de Frictional Games qu’un certain PewDiePie a acquis sa notoriété.

Crédit photo: PewDiePie Wiki

2. Broken Age – 2014

À nouveau, il n’est pas question du jeu en lui-même mais de son financement. Celui qu’on connaissait sous le nom de Double Fine Adventure restera dans les annales comme étant l’un des premiers projets de jeux vidéo financés par les joueurs et qui ramène une ancienne gloire sur le tapis, Tim Schaffer ici en l’occurence. C’est également le jeu qui aura permis de se rendre compte qu’il ne faut pas se fier aux belles promesses et aux beaux discours des porteurs de projets socio-financés.

Crédit photo: Double Fine

3. Dark Souls – 2011

Bien que la série ait débuté avec Demon’s Souls sur PS3 deux ans auparavant, son succès était resté assez confidentiel. C’est en effet à l’arrivée de Dark Souls sur la même machine que les joueurs ont redécouvert la définition de souffrance dans les jeux vidéo. Habituellement dans un Action-RPG à la japonaise, on affronte des lapinous en début de jeu comme dans Secret of Mana et seuls les boss peuvent nous donner du fil à retordre. Là, les cartes sont rebattues. Le premier monstre que vous croiser peut vous tuer d’un seul coup si vous ne faites pas attention. De plus, avec la démocratisation d’internet, Dark Souls proposait une façon unique pour les joueurs de communiquer entre eux. Ils pouvaient en effet se laisser des messages pour s’aider… ou se piéger!

Crédit photo: Instant Gaming

4. Destiny – 2014

Bungie est libéré de son contrat avec Microsoft mais signe avec un autre bourreau, Activision. Pour la sortie de la PS4 et de la Xbox One (mais aussi disponible sur PC, PS3, et Xbox 360), les créateurs d’Halo créent un nouvel univers riche, vaste et démesuré. Du contenu est prévue pour faire vivre la licence pendant au moins 10 ans. Comme le rappelle EDGE, avant l’arrivée du premier volet, Bungie appelait Destiny un univers social vivant. Avec le deuxième épisode, il s’agit maintenant d’un jeu d’action à la première personne. Des promesses, toujours des promesses.

Crédit photo: Gamespot

5. Dota 2 – 2012

Comme on en parle dans notre podcast T’es pas mon genre et plus précisément l’épisode dédié aux jeux de stratégie en temps réel, le MOBA (Multiplayer Online Battle Arena) est un dérivé, un mod de Warcraft III à l’origine. L’un des premiers, si ce n’est le premier est Dota ou Defense of the Ancients. Ce projet de fans a évolué jusqu’à créer son propre sous-genre et en 2012, Valve a repris sous sa houlette la suite, Dota 2 dont le succès est toujours sans précédent. Malgré tout, le jeu finira par se faire dépasser par Riot Games et son League of Legends.

Crédit photo: Engadget

6. Fortnite – 2017

Encore un superbe moyen de plugger notre génial podcast. Dans notre émission consacrée au Battle Royale, nous abordons bien évidemment le cas de Fortnite. Ce jeu d’Epic Games dont le succès repose surtout sur sa composante du dernier survivant n’était pas du tout destiné à cela à l’origine. Puis par effet de boule de neige et surtout la puissance marketing que possède l’entreprise de Tim Sweeney par rapport à ses concurrents, Fortnite a également explosé. Des ados de 16 ans gagnent des millions en remportant des tournois. C’est également l’un des jeux les plus suivis et regardés sur Twitch.

Crédit photo: Polygon

7. Gone Home – 2013

Si le sous-genre des « walking simulators » est né un peu avant, Gone Home a permis de le rendre plus noble qu’un Dear Esther par exemple où l’on avançait sans trop savoir pourquoi ni dans quel but. Là, le décor est posé d’emblée. On incarne une jeune femme dans les années 90 de retour dans la nouvelle maison familiale après un séjour à l’étranger. Le temps est sombre et orageux et la demeure est vide, plongée dans la pénombre. L’histoire est racontée à travers les objets et les notes que l’on trouve éparpillés çà et là dans l’habitation. Expérience courte mais intense, Gone Home restera dans les esprits selon le magazine anglais.

Crédit photo: Steam

8. GTA V – 2013

Si le jeu est excellent à bien des égards, GTA V est également une sorte de Skyrim dans le sens où malgré une sortie qui remonte à plus d’une demie-décennie, il se vend toujours par palettes entières. Paru à l’origine sur PS3 et Xbox 360, il reverra le jour sur PS4 et Xbox One mais aussi sur PC. De plus, sa partie en ligne baptisée GTA Online est régulièrement mise à jour par Rockstar et son nombre de joueurs ne faiblit malgré les années, bien au contraire.

Crédit photo: TechSpot

9. Minecraft – 2011

S’il est bien un jeu qui a démocratisé l’accès anticipé, c’est Minecraft. Le titre bac à sable créé par Markus “Notch” Persson s’est vendu comme des petits pains alors même qu’il n’en était qu’à son alpha. Rebelote avec sa bêta et à nouveau lors de sa sortie définitive en 2011. Ce jeu de construction a séduit de nombreux joueurs qui ont rivalisé de créativité pour créer ou recréer des décors impressionnants. Puis en 2014, Notch revend son entreprise, Mojang, à Microsoft pour 2,5 milliards de dollars US. C’était du jamais vu à l’époque pour un jeu indépendant.

Crédit photo: Minecraft Store

10. Spelunky – 2012

En 1980 apparait Rogue d’abord sur des réseaux universitaires puis sur Arpanet en 1983 et sur tous les ordinateurs de l’époque par la suite. Il s’agit d’un « dungeon crawler » en ASCII c’est à dire que les décors et personnages sont représentés par des lettres, chiffres et symboles. Sa caractéristique la plus impressionnante pour l’époque était que l’agencement du donjon et le placement des objets étaient générés aléatoirement! Quel rapport avec Spelunky? Selon EDGE, il en est le digne héritier, surtout pour son côté génération aléatoire et impardonnable repris par d’autres titres par la suite comme Risk of Rain par exemple.

Crédit photo: Steam

11. The Legend of Zelda Breath of the Wild – 2017

Le plus ancien magazine britannique toujours en circulation trouve que ce Zelda nouvelle formule change complètement la donne. Des donjons moins nombreux et plus courts, un vaste monde ouvert, des doublages dans presque toutes les langues, des découvertes à chaque pierre soulevée font de ce jeu de lancement sur Nintendo Switch un jeu marquant.

Crédit photo: Jeux.ca

12. Telltale’s The Walking Dead – 2012

Les jeux d’aventure ont peu à peu pris le large pour n’être l’apanage que de certains développeurs irréductibles. C’était sans compter sur feue-Telltale et sa formule affinée au fil du temps. Avec The Walking Dead, la firme n’en était pas à son coup d’essai. Avant, il y a eu Sam & Max (Telltale avait été fondée par des anciens de LucasArts), entre autres. Mais le jeu basé sur le comics se démarquait par deux choses: sa direction artistique en cel-shading mais aussi et surtout par son gameplay basé sur les choix. De plus le découpage en épisode d’une durée de 4-5 heures chacun et prenant en compte nos choix permettait une rejouabilité jamais vu jusqu’alors.

Crédit photo: Through my Lense
En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies