La Chronique d’un Développeur : Introduction

Plusieurs personnes croient à tort que le développement de jeux vidéo est facile, que nous sommes une bande d’employés qui passons notre temps à jouer sur nos heures. Il s’agit en fait d’un processus ardu qui demande temps, argent et talent.

 

Même si pour les studios indie, la taille d’une équipe peut varier entre une seule personne jusqu’à plusieurs dizaines de travailleurs, les AAA peuvent parfois exiger le temps de plusieurs centaines de personnes avec un bagage très différent. Artistes, musiciens, développeurs, testeurs et autres experts sont des titres assez communs dans le domaine.

Moi ? Je suis un programmeur graphique qui a vu le processus d’un bout à l’autre. J’ai développé plusieurs types de jeux, et je m’intéresse aux logiciels utilisés par les artistes, les musiciens, etc.. Je cherche également à comprendre comment fonctionne le marketing afin de faire mon propre jeu lorsque l’opportunité me sera donnée.

Une chronique pour vous

Si j’ai décidé de commencer cette chronique, c’est d’abord pour partager mes connaissances et mon vécu. Je peux vous donner des astuces techniques, comme je peux vous présenter de nouvelles technologies ou encore simplement vous partager un brin de ma vie de tous les jours. N’hésitez pas à me poser des questions ou même me proposer des sujets via les commentaires du site, il me fera grand plaisir d’écrire pour vous!

featured-large-shadows

Quand les ombres font de l’acné

Saviez-vous qu’il existe tout un système qui gère les ombres dans les jeux vidéo ? En effet, il existe une quantité de techniques différentes pour les afficher, et parfois, elles ont leurs côtés cocasses. La semaine dernière, j’ai eu à travailler sur un de ceux-ci. Le shadow mapping, la technique la plus populaire, peut faire ce que l’on appelle de l’acné. Il s’agit de petits points ou lignes d’ombres qui apparaissent clandestinement dans le jeu. La cause ? L’imprécision numérique. En bref, le problème est que, lors de deux calculs différents, un même point dans l’espace ne sera pas exactement au même endroit d’un calcul à l’autre. Cela peut faire en sorte qu’un point peut se cacher lui-même, même s’il est au premier plan pour l’éclairage. Un hack populaire utilisé pour contourner ce problème est d’appliquer un décalage sur la valeur à comparer. Cela permet de toujours éclairer le point problématique, et d’éliminer l’acné des ombres. Malheureusement, ce hack n’est pas parfait. Puisqu’il s’agit d’un décalage, il existe des situations où l’ombre devient détachée de l’objet, même si celui-ci est collé à la surface ombragée. Il s’agit du Peter Panning. Il n’y a pas vraiment de solution à ce problème, autre que d’équilibrer entre l’acné et le Peter Panning pour un résultat plus esthétique.

peter-panning shadowacne

Imposteur!

Dans la prochaine chronique, je vais vous parler d’une autre réalité cocasse : les imposteurs. Il s’agit d’une astuce pour être plus performant. C’est un rendez-vous!