iLLOGIKA – La croissance à échelle humaine

Depuis sa fondation à Montréal en 2009, le studio iLLOGIKA s’est taillé une place de choix au rang des employeurs de l’industrie vidéoludique québécoise. Avec plusieurs dizaines de projets réalisés autant à son compte qu’en collaboration avec ses clients (Square Enix et Ubisoft pour ne nommer que ceux-là!), le studio grandit sans cesse. Mais deux choses demeurent au centre de la croissance de l’entreprise : les relations humaines et la transparence.

« Quand on embauche chez iLLOGIKA, on est assez sélectifs sur le savoir-être, je dirais même plus que sur les compétences », a expliqué Hamid Amri, responsable en attraction et acquisition de talents.

Si bien sûr l’entreprise veut se doter de gens au talent indéniable, la culture d’entreprise prime et les recruteurs tendent à accorder une importance majeure au caractère de leurs candidats. « On grandit, mais c’est très important pour nous de le faire en respectant nos valeurs, complète Hamid. On y porte une attention particulière sans se hâter vers une croissance intensive, ce qui nous permet de nous assurer que l’esprit de l’entreprise demeure à travers cette croissance-là ».

« De base, on a des équipes très autonomes, renchérit Maïa Mannequin, directrice aux opérations, pour préciser ces dites valeurs. Donc on recherche des gens polyvalents et passionnés, qui n’auront pas peur d’aller chercher des connaissances qui pourraient leur manquer auprès de collègues ou ailleurs ».

La volonté de développer des compétences transversales est souvent l’apanage des équipes plus réduites et les membres du studio du Mile-End s’en font d’ailleurs un point d’honneur : « La meilleure partie pour moi de travailler ici, c’est que j’ai retrouvé une liberté, l’opportunité de toucher à tout et de sentir que j’ai mon mot à dire dans une production, mentionne Raymond Blanchet, animateur chez iLLOGIKA ».

Une horizontalité réelle

Pour que cette liberté offerte aux gens fonctionne bien, iLLOGIKA insiste beaucoup sur la transparence autant entre les équipes que du côté de la direction. Effectivement, pas de bureau fermé pour les décideurs dans le studio. Le PDG David Fugère-Lamarre a son bureau au sein du même espace que ses collègues. Dans les équipes, même son de cloche : « La hiérarchie est vraiment horizontale, raconte Rachel D’Amours, artiste d’environnements 3D. L’opinion de chacun est vraiment considérée par les supérieurs et peu importe le niveau d’expérience on sent vraiment qu’on peut apporter nos idées et qu’elles sont écoutées ».

« On est très candides dans notre manière de dire les choses et il n’y a pas de non-dits ou de choses cachées aux équipes, ajoute Maïa Mannequin. Les gens qu’on engage sont assez matures pour ne pas prendre les choses personnellement et cette transparence nous assure que tout le monde avance dans la même direction ».

C’est sans doute grâce à l’humanité des échanges et au respect du bien-être du personnel que le studio iLLOGIKA parvient à ce niveau de cohésion. 

Une culture fraternelle

Mais la culture ne tourne pas seulement qu’autour de l’information et du travail des équipes : dans le studio d’une soixantaine de personnes, une attention particulière est portée à construire et maintenir une fraternité au sein de l’entreprise.

« Malgré la pandémie, on réussit à tous se parler assez souvent et il y a plusieurs défis qui ont mené à de la réflexion pour tout le monde, selon Raymond Blanchet. Par exemple, l’embauche de nouveaux employés pendant la pandémie c’est assez compliqué, et tous les illogikiens ont été appelés à donner leurs idées pour améliorer le processus d’onboarding des nouveaux et les faire sentir comme une part entière de leur équipe ».

Les classiques 5@7 du vendredi après-midi, les parties de Dungeons & Dragons et les tournois de Smash Bros. qui ponctuaient les semaines se sont mutés en versions distanciées, de façon à maintenir ces contacts personnels sains et essentiels à un esprit d’équipe soudé. Si Hamid et Maia insistent sur le fait que ce n’est toujours pas facile et que la pandémie a été particulièrement compliquée à gérer dans une optique RH, force est d’admettre que ces obstacles sont affrontés de front et de manière créative par le studio.

Les projets parallèles sont également fortement encouragés. Deux employés, un programmeur et une productrice, voyant que le processus de recherche et développement aurait gagné à être formalisé, ont été autorisés et appuyés à créer une suite d’outils permettant de simplifier certaines opérations pour l’entièreté des développeurs lors de moments plus calmes sur leurs projets respectifs.

Mais cet enthousiasme de la compagnie envers la créativité parallèle de son équipe ne s’arrête pas aux projets internes : « La compagnie est vraiment prête à aider les gens à améliorer leurs compétences à travers de la formation et des projets plus personnels », a témoigné Rachel D’Amours.

Tous ces points se retrouvent bien dans la philosophie d’embauche mise de l’avant par Hamid Amri : « Quand je rencontre une personne, que je sens qu’elle est passionnée, qu’elle a envie d’amener ses idées, qu’elle a une certaine humilité et un désir d’échanger avec d’autres membres de l’équipe, je sais que j’ai une candidature parfaite. »

Cet esprit de communauté, de compagnonnage qui ressort dans chacune des entrevues conduites pour cet article est résumé à merveille par Maïa Mannequin : « On veut créer un environnement où les gens ont envie de croître en faisant progresser l’entreprise, d’utiliser leurs acquis pour pousser iLLOGIKA encore plus loin. La proactivité de tout le monde qui mène à quelque chose qui sera vraiment kick-ass à la fin, c’est ce qu’on vise ».

iLLOGIKA a plusieurs postes à combler en ce moment, retrouvez-les ici.