Game(R): une série dans le monde du E-sport

Quand je demande à Patrice Laliberté, réalisateur et co-scénariste de Game(R), sa source d’inspiration pour cette série dramatique sur le monde du e-sport, la réponse à de quoi surprendre: The Mighty Ducks: « Je voyais vraiment le drame sportif, toutes les lignes sont là pour faire un drame sportif. Une de mes grandes inspirations c’est The Mighty Ducks, Quand j’étais jeune, j’étais vraiment un geek; le hockey, c’était moins ça. J’aurais aimé ça avoir le e-sport dans ma vie pour entrer dans le monde sportif! »

En effet, à l’heure où les sports électroniques s’imposent de plus en plus comme une discipline sérieuse où de gros sous se basent, il semblait inévitable que la fiction se penche sur le sujet.

C’est ce que nous offre la série Game(R), dont la deuxième saison vient de débarquer sur Tou.tv.

J’ai eu la chance de rencontrer Patrice Laliberté, réalisateur et co-scénariste, ainsi que Zoé Girard-Asselin, qui incarne le personnage principal, Justine alias Just1ce.

Étienne Galloy, Patrice Laliberté (réalisateur et co-scénariste) et Zoé Girard-Asselin
Source: Facebook

Counter-Strike dans la mire

Zoé Girard-Asselin, qui incarne le personnage principal, Justine, décrit la série ainsi: « C’est une série sur une fille qui essaie de rentrer dans le monde gamer de Counter-Strike. On voit c’est quoi les difficultés d’être une fille [dans ce milieu]. Dans la saison 2, on voit aussi c’est quoi jouer pro, s’entraîner, être dans une maison de gaming ».

Le jeu auquel joue Justine, le personnage principal de cette série, en est un bien connu de la communauté e-sport: Counter-Strike Global Offensive, le fameux jeu de tir en ligne.

Mais déjà, transposer ce jeu dans le cadre d’une série télé n’est pas une mince tâche, comme l’a réalisé Patrice lors de la première saison: « Faut que ça soit super réaliste. Dans la saison 1, il y a des petits trucs [pour lesquels on a pris des raccourcis], et on se les ai fait pointer du doigt. Pour la saison 2, on ne voulait pas aller, on voulait que tout soit concret et réaliste. Je pense que c’est positif: en ce moment, on a reçu aucun mauvais commentaire! »

Patrice explique qu’on a pris les bouchées doubles pour s’assurer du réalisme: « Pour la saison 2, on a engagé un consultant pour les parties qui est un ancien professionnel.

Dès le départ, il est passé au travers des textes pour nous conseiller, notamment au niveau des stratégies. Moi je joues à Counter-Strike, mais le jeu évolue tellement vite! »

Toute l’équipe a même veillé au grain: « Il y a un des accessoiristes qui me relançait. Il m’a dit: ‘’Tsé dans le générique on voit la map Dust 2, mais là elle a été modifiée depuis la première saison, vous allez le changer?’’ ».

Des cascadeurs virtuels

Autre fait intéressant: on a dû avoir recours à des cascadeurs pour tourner les scènes d’action… virtuelle.

Si Zoé est une gameuse et qu’elle a appris à jouer à Counter-Strike avant le début du tournage, ce n’était évidemment pas assez pour aspirer à un niveau professionnel.

Une équipe de joueurs professionnels a donc été employée pour jouer les images qu’on voit à l’écran: une autre preuve du souci du détail de l’équipe.

Un sujet explosif, dans tous les sens du terme

Patrice Laliberté a écrit Game(R) parce qu’il avait envie de parler de e-sport, cette discipline en pleine montée, étant lui-même un gamer.

Mais le choix d’avoir choisi une fille comme personnage principal n’est pas innocent: «

Ça venait d’un besoin de parler de sexisme dans le monde du jeu vidéo, ça venait un an après le ‘’Gamergate’’. 

J’ai été très inspiré par Joss Whedon (Buffy, Dollhouse), qui ne se pose pas de questions: il crée des personnages féminins et il les amène à des endroits où on n’est pas habitués ».

Zoé, l’interprète de Justine, ressent également cette différence en tant que gameuse: « On dirait que si t’es une fille dans une gang de gars, il faut toujours que tu sois “la blonde de…”, tu peux pas être juste amie avec ces gars-là. […] Ou des fois, ça va tout de suite tomber dans la cruise au lieu d’avoir des amis, parce qu’ils se disent: »Wow, c’est tellement rare une fille qui joue! » ».

Source: tou.tv

Tout ça, c’est sans compter l’impression d’avoir à se prouver quand on s’identifie comme joueuse: « Mettons qu’on parle de jeux, je vais namedropper des jeux, parce que je veux pas qu’on pense que je joue juste à Rayman! J’essaie d’avoir l’air de connaître ça parce que je me dis que c’est sûr qu’ils vont penser que je ne suis pas bonne! ».

Heureusement, Patrice et Zoé ont l’impression que la situation s’améliore: «

Dans la saison 2, on tape beaucoup moins là-dessus. Je sens qu’il y a une prise de conscience dans le monde du jeu vidéo, il y a beaucoup de changement.

Tranquillement, je pense que les filles peuvent être dans ce milieu-là sans que ça soit spécial », raisonne Patrice Laliberté.

Un nouveau monde

Même si Patrice et Zoé s’identifient tous deux comme des gamers, il reste que le monde du e-sport est un univers à part. Au fil du projet, ils ont l’impression d’en avoir appris énormément sur ce monde méconnu.

Zoé pour sa part a trouvé important de s’initier au monde du shooter de Valve: « J’avais un stress. Quand on me montrait des tricks que je devais faire, j’étais stressée: ‘’ Il faut que je le fasse vraiment bien, sinon les gens vont voir que je ne vais pas chercher mon fusil comme du monde! ‘’ ».

Heureusement, Zoé a eu de l’aide (« Je suis chanceuse, je suis dans ce monde-là: tous mes amis gament. J’ai écrit sur mon wall: ‘’ qui veut me montrer à jouer à Counter-Strike? ‘’ et j’ai eu 500 réponses de: ‘’ MOI! J’adore Counter-Strike! ‘’ »)… même si l’aide n’a pas suffi: « J’ai pratiqué avec eux, mais j’étais nulle! Les gens en ligne me disaient: ‘’ Dégage, t’es nulle! ‘’ (rires) ».

Patrice, ayant discuté avec des joueuses professionnelles pendant le développement du projet (Stéphanie Harvey et CAth), a été abasourdi par le concept des gaming houses, ces maisons où les athlètes en entraînement vivent en permanence:

« -C’est à la fois un rêve de petit gars et vraiment pas nice, dit Patrice

-Elles ont genre 14 ans et c’est pas comme si t’es mature, que t’es en appart et que tes colocs sont tes amis. Là t’es pogné avec du monde de 14 ans, t’es obligé de manger à telle heure, de te coucher à telle heure…, ajoute Zoé.

-Et t’es un peu prisonnier… souvent ces maisons-là sont dans des banlieues de LA et si t’as pas d’auto, tu ne peux pas te déplacer. Ça a l’air super le fun, mais quand tu t’y plonges pour vrai, tu te dis ‘’quel milieu toxique!’’ Je ne vais pas habiter avec mes collègues de travail, quel bon plan pour que tout le monde se déteste!, ironise Patrice ».

En rafale

Le dernier jeu auquel vous avez joué?

Patrice: J’ai joué à ARK hier. Pis Minecraft ces temps-ci! Les sandbox, j’aime ben ça!

Résultats de recherche d'images pour « Minecraft »

Zoé: Je suis en train de faire The Legend of Zelda: Link’s Awakening sur la Switch. J’ai aussi acheté Pine, un petit jeu qui ressemble à Breath of the Wild… mais y’a des petits défauts dans ce jeu-là (rires)!

Le premier jeu auquel vous avez joué?

Patrice: Moi c’est le bon vieux Mario sur NES! 

Résultats de recherche d'images pour « Super Mario Bros NES »

Zoé: J’avais un Super Nintendo avec Street Fighter II, Zelda et Mario! 

Votre jeu préféré de tous les temps?

Patrice: Je pense que j’irais avec E.V.O: Search for Eden, un jeu de Super Nintendo qui est sur l’évolution darwiniste. J’ai adoré ce jeu-là et j’y retourne encore. C’est le premier jeu qui m’a fait pleurer quand j’étais jeune. Quand les dinosaures meurent à la fin du troisième monde, maudit que j’ai trouvé ça triste!

Image associée

Zoé: J’ai vraiment aimé Breath of the Wild… mais je sais pas si c’est parce que j’y ai joué récemment. Sinon, j’ai aussi beaucoup aimé Hollow Knight.

Si vous avez vous aussi envie de vous initier à l’univers du e-sport, la série Game(R) est disponible gratuitement sur Tou.tv!

En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies