Vous avez déjà accumulé des centaines d’heures sur Fortnite? Survécu aux pires zones de PUBG, de Hacienda del Patron à Pochinki en passant par la School? Vous aimeriez vous essayer à un autre Battle Royale, mais ce genre vous semble limité à ces deux titres ? Aucun problème, nous sommes là pour vous conseiller! Voici donc une liste de cinq Battle Royales alternatifs à tester cet été.

#1: Dying Light: Bad blood

Le premier titre de cette liste est un croisement étrange entre un jeu de zombie et un Battle Royale classique. Dans son standalone Dying Light: Bad Blood, basé sur le jeu original Dying Light, le studio Techland propose un gameplay sortant de l’ordinaire. Là où les Battle Royales consistent en général à éliminer les joueurs adverses et être le dernier à survivre, Bad Blood change la donne.

Une dizaine de joueurs est parachutée sur une ville infestée de zombies. Ils doivent aller récolter des échantillons sanguins sur des boss répartis à travers la map. Ceux ayant accumulé assez d’échantillons peuvent ensuite courir vers un hélicoptère d’évacuation afin de s’enfuir.

Gameplay

S’il s’agit bien là d’un Battle Royale, Dying Light: Bad Blood défie le status-quo par son mélange habile de PvE et de PvP. En effet, lorsqu’une partie commence, les joueurs sont totalement libres de choisir par quels moyens ils iront remplir leurs objectifs et récupérer leurs échantillons sanguins. Dans Dying Light: Bad Blood, plusieurs personnes peuvent gagner, ce qui offre la possibilité aux joueurs de collaborer pour emporter la victoire ensemble.

Si les plus vindicatifs d’entre vous préféreront peut-être traquer et éliminer leurs adversaires en solo, d’autres pourront tout à fait former des alliances stratégiques pour tuer des boss ou même éliminer d’autres joueurs pour leur voler leur butin. Là où les Battle Royales classiques permettent de jouer en duo ou en squads de quatre personnes, Dying Light: Bad Blood laisse au joueur la liberté, à chaque début de partie, de choisir sa façon d’envisager le jeu.

Les fans du jeu original, Dying Light, seront sans doute intéressés. Mais les amateurs de Battle Royales en tout genre trouveront dans Dying Light: Bad Blood une expérience de jeu très différente de ce qui existe actuellement. Notons que posséder le jeu original ne sera pas nécessaire, et que Dying Light: Bad Blood devra être payé à part entière.

Dying Light: Bad Blood en vidéo

Crédits vidéo: IGN

#2: Radical Heights

source: forbes.com

Les années 80 vous manquent? Tant mieux. C’est exactement dans cette époque révolue que Radical Heights, Battle Royale développé par Boss Key Productions, vous téléportera. Dans Radical Heights, vous participez à un jeu de télé réalité à la Hunger Games. Vous devez vous battre contre une centaine d’autres joueurs pour être le dernier encore debout. Le tout sur une vaste map aux airs de Californie d’il y a quarante ans.

Si le principe de base n’est en aucun cas différent d’un PUBG ou d’un Fortnite, le jeu se différencie par son ambiance humoristique et décontractée. On peut se balader en BMX, acheter ses armes dans des distributeurs, utiliser des vieux GSM pour commander du ravitaillement, jouer à des jeux de hasard style roue de la fortune pour gagner des armes et armures et s’amuser à aller découvrir tous les clins d’oeil humoristiques que le jeu offre. En fait, Radical Heights, c’est un PUBG en plus funky et qui se prend moins au sérieux.

Bémol

Le gros bémol de Radical Heights reste sa basse qualité technique. Le jeu est truffé de bugs, les textures sont parfois très laides, et les décors ne sont pas finis. En entrant dans une maison pour récupérer du loot, il ne sera pas rare de tomber sur des pièces entièrement vides aux murs totalement monochromes.

On pardonne facilement ces points faibles, en revanche, puisque Radical Heights est jouable gratuitement sur Steam en early access et ne prend que très peu d’espace disque, rien à perdre à aller l’essayer donc! Et si le jeu possède une très grande marge d’amélioration, il propose d’ores et déjà une expérience ludique rafraîchissante et décontractée.

Radical Heights en vidéo

Crédits vidéo: Dr_Horse

#3: Maelstrom

source: Canardpc.com

Pourquoi donc limiter les Battle Royales à du combat terrestre? Maelstrom, titre développé par Gunpowder Games, étend le genre sur les mers. Il propose aux joueurs des combats de bateaux, offrant ainsi une alternative aux classiques FPS/TPS du moment.

Le jeu s’apparente donc en de nombreux points à des titres tels que War Thunder ou World of Tanks. Trois factions sont jouables humains, orcs et nains. Chacune possède ses spécialités ainsi qu’un navire léger, moyen et lourd. Cela permet donc au joueur d’envisager différents styles de jeu. À l’issue de chaque partie, on gagne aussi des points qui permettent d’améliorer ses navires et d’accéder à de nouveaux tiers.

Règles: check!

Les caractéristiques de base des Battle Royales sont également présentes.  On navigue, on démolit des vaisseaux ennemis et on récupère leur butin pour améliorer son propre bateau. Et ce jusqu’à être le dernier encore à flot. Au fil du jeu, des monstres marins gagnent du terrain aux extrémités de la carte, ce qui force les joueurs à se concentrer dans des zones plus restreintes.

En plus du PvP, Maelstrom se distingue des autres Battle Royales par la présence d’un élément PvE au cœur de son gameplay, avec la possibilité de farmer des navires et monstres marins contrôlés par l’IA pour améliorer son bateau.

Maelstrom est disponible sur Steam en early access pour la somme de 22.79$. Si le prix est légitimement susceptible de dissuader certains joueurs, il s’agit bien là d’un titre de qualité qui ne demande qu’à être essayé.

Maelstrom en vidéo

Crédit vidéo: Dr_Horse

#4: Islands of Nyne

source: islandsofnyne.com

Développé par Define Humans Studios, Islands of Nyne est un autre titre Battle Royale intéressant à paraître bientôt. Bien que très classique dans sa forme, le jeu se différencie par son rythme accéléré extrêmement dynamique et son ambiance futuriste aux airs de Halo ou de Crysis. A l’opposé des titres existant actuellement, Islands of Nyne n’est jouable qu’à la première personne en solo.

Islands of Nyne se démarque des autres Battle Royales en proposant un gameplay très dynamique. Le jeu démarre dans un lobby où l’on peut instantanément commencer à se tirer dessus et faire des kills. Une fois lancés sur la map, on trouve du loot très rapidement, les bonnes armes et pièces d’équipement ne sont pas si rares, et la zone de jeu se rétrécit vite.

Points forts

Là où PUBG est souvent critiqué par certains pour être trop lent et ennuyeux, Islands of Nyne veut envoyer le joueur dans des combats rapides et dynamiques le plus vite possible. Le résultat est un gameplay particulièrement rythmé avec plus de combats et moins de temps passé à looter et à marcher de longues distances pour échapper au rétrécissement de la zone.

Si la date de sortie finale de Islands of Nyne demeure inconnue, une version alpha fermée est déjà en ligne et réservée à ceux et celles ayant précommandé le jeu.

Islands of Nyne en vidéo

crédits vidéo: Aculite

#5: Darwin Project

source: scavengers.ca

D’ores et déjà en version early access free to play sur Steam, Darwin Project est notre coup de coeur. Il est à essayer absolument pour ceux et celles voulant vivre une expérience Battle Royale inédite. Tout comme dans Radical Heights, vous êtes un participant à un show de télé réalité à la Hunger Games. Vous êtes téléporté face à dix adversaires (ou cinq équipes de deux, en mode duo) sur une carte enneigée aux allures de grand nord. Pour survivre, il faut récolter des ressources (bois, cuir…) et les utiliser pour fabriquer des objets essentiels.

Ainsi, il est possible de fabriquer des manteaux de fourrures pour mieux résister au froid. Des flèches pour attaquer ses adversaires de loin et des bottes pour courir plus vite. À intervalles réguliers, des matériaux plus rares apparaissent sur la carte permettant aux joueurs d’acquérir des pouvoirs puissants (invisibilité, bouclier…).

Ces matériaux, tout comme les classiques caisses de ravitaillement dans PUBG, sont souvent récoltés à l’issue de combats à mort. Ils permettent d’optimiser ses chances de gagner. À chaque fois que des ressources sont récoltées (un arbre coupé par exemple), les adversaires peuvent utiliser les traces laissées (un tronc d’arbre par exemple) pour identifier la position de l’adversaire et le traquer. Attention, donc, à ne pas laisser trop déforester le terrain.

Mécaniques inédites

Si Darwin Project est beaucoup plus axé survie que les autres Battle Royales, il base notamment son gameplay sur un système de craft bien pensé. Le jeu se distingue également par la présence dans chaque partie d’un joueur tiers jouant le rôle de directeur de show.

En effet, après avoir atteint un certain niveau, les joueurs ont la possibilité de rejoindre la partie en tant que Show Director. Une sorte de petit drone volant pouvant se déplacer très vite à travers la map. Aller parler aux différents participants, leur donner des indices sur la position des adversaires. Et même leur offrir des bonus.

Le Show Director peut également interagir directement avec la carte en déclenchant des événements dans certaines zones. Entre autres, il lui est possible de réduire la gravité et/ou de déclencher des attaques nucléaires à certains endroits. Son rôle est donc similaire à celui du maître de jeu dans un jeu de rôle papier classique. Ceci ajoute donc au titre un élément de communication et de collaboration intéressant. 

Si vous recherchez une expérience originale se démarquant de PUBG et Fortnite, vous trouverez à coup sûr votre bonheur en vous essayant à Darwin Project.

Darwin Project en vidéo

Crédits vidéo: Dr_Horse