Critique – The Last Spell

Texte rédigé pendant l’accès anticipé

C’est en étant clairement le public cible de The Last Spell que je l’ai entamé mardi le 8 juin dernier, lors de mon stream régulier sur la chaîne Twitch officielle de jeux.ca.

Le studio français Ishtar Games propose d’ajouter du roguelite au tactical RPG de fantasy dans un contexte de défense de village contre des zombies, un peu à la tower defense au tour par tour.

Le joueur contrôle une équipe de 3 personnages tirés aléatoirement (mais toujours compatibles) et doit survivre à des vagues de plus en plus grandes, le temps que les mages locaux réussissent à incanter un puissant sort capable d’arrêter ces invasions constantes. Le fameux « last spell ».

Ce qui vous tue vous rend plus fort

Au début, vous n’aurez accès qu’à un arsenal limité, mais au fil des parties, vos récompenses accumulées après chaque bataille vous permettront d’obtenir plus de ressources de départ.

Il ne s’agit pas d’un jeu que vous pourrez réussir du premier coup, et ce, même si vous êtes déjà bon (comme Into the Breach par exemple). Je dois avouer qu’initialement, cela m’a chatouillé un peu. Je me suis senti un peu trahi d’être placé devant une mort inévitable, mais j’ai fini par réaliser que c’est au contraire une méthode plutôt bien ficelée dont le jeu fait usage pour nous enseigner de manière digeste ses mécaniques de plus en plus complexes.

the last spell building construction
Mécaniques de jeu complexes, mais aussi… terriblement addictives.

The Last Spell est le genre de jeu qui vous fait oublier que le temps passe. J’ai enchaîné 50 heures presque d’affilée cette semaine (vous avez bien lu – ne me jugez pas) pour passer à travers l’essentiel du contenu du jeu, présentement en accès anticipé. À ce propos, j’avais un peu peur d’y trouver des bogues et des problèmes d’équilibrage, mais honnêtement, j’ai eu la nette impression de jouer à un jeu complet.

La boucle de jouabilité de The Last Spell est impeccable. La nuit, vous calculez chaque point d’action et chaque mouvement à la case près et le jour, vous construisez ou réparez bâtiments, pièges et palissades.

Ne faites surtout pas n’importe quoi! The Last Spell se décrit lui-même comme difficile. Un mode facile existe, mais je n’ai pas senti le besoin de le tester.

Des zombies par centaines…

Vous aurez constamment la sensation que vous êtes sur le point de perdre face aux hordes de zombies de plus en plus variées, mais vous vous surprendrez par vos propres faits d’armes. Ce sentiment d’échapper une nuit de plus à une mort perçue comme inévitable est vraiment satisfaisant.

Ce que j’apprécie aussi de The Last Spell est que le jeu devient lui aussi de plus en plus difficile. Je craignais à ce niveau de ne pas suivre la courbe de difficulté, mais je pense que les développeurs ont bien calibré la chose. Le joueur sent qu’il progresse plus vite que son ennemi, mais il sait aussi qu’il ne peut se permettre d’erreurs pour ne pas perdre cette avance.

Ce n’est pas seulement les chiffres qui progressent dans The Last Spell, ce sont aussi les compétences du joueur. D’une partie à l’autre, vous apprendrez comment mieux combiner les armes entre elles, quelles statistiques favoriser au détriment des autres, ainsi que quand et où il faut adopter une attitude prudente ou risquée.

the last spell leveling up
Le système est complexe, mais les interfaces vous faciliteront la vie

Du roguelite dans le Tactical RPG (ou le contraire?)

Je me rappelle d’avoir évoqué dans mon stream le jeu Final Fantasy Tactics (1998) comme étant à ce jour encore difficile à battre. Grâce à mes nouvelles connaissances, je suis d’avis que les deux titres se comparent un peu mal, car l’un est dit de type « émergent » et l’autre de « progression ». Cela me pousse donc à associer davantage The Last Spell à Into the Breach en termes de qualité de l’expérience globale. Et je suis convaincu que le studio sera flatté de cette comparaison.

Bref, The Last Spell ne mise pas sur son histoire qui tient sur une serviette de table, mais sur la qualité et la quantité de ses choix tactiques et stratégiques à la minute. Le pixel art, les effets sonores et la bande son « métal » : tout est soigneusement conçu. J’ai adoré chaque instant.

the last spell fighting the hordes
Plonger au cœur est de la mêlée est risqué, mais sacrément plaisant

Vous comprendrez donc qu’il s’agit d’un jeu vidéo à ne pas laisser passer. Les développeurs mentionnent dans un court texte après la dernière mission qu’ils entendent offrir plus de contenu pour la version complète. J’attends avec impatience le moment de découvrir ce qui se cache sous ce vaste brouillard.

The Last Spell est disponible en accès anticipé sur Steam pour 22,79 $ depuis le 3 juin 2021.

Note : un code nous a gracieusement été remis par l’éditeur.

Verdict

Les plus

  • La qualité et la quantité des décisions par minute
  • Le sentiment constant d’être sur le bord du précipice
  • Le pixel art et la trame sonore

Les moins

  • Le peu de narration est cliché
  • Une erreur peut parfois couter très (trop?) cher
  • Pas de sauvegarde entre les rounds pendant les nuits

Note finale 9.5 / 10