L’entreprise nippone a beau présenter une nouvelle console, mais elle ne semble pas résoudre tous les problèmes qui ont fait la vie dure à la Wii U

Le 13 janvier dernier, tous les yeux du monde vidéoludique étaient tournés vers le Japon, où Nintendo tenait une conférence à propos de sa prochaine console, la très attendue Nintendo Switch. Avec le flop de la Wii U, on peut dire qu’on s’attend à beaucoup de cette nouvelle console, que plusieurs considèrent comme la dernière chance de Nintendo de démontrer qu’elle a toujours sa place dans l’industrie du jeu vidéo en tant que constructeur. Mais à un mois de la sortie de la console, je dois avouer que je ne suis toujours pas convaincu qu’elle va réussir à avoir le succès retentissant qu’on lui promet pour sortir Nintendo de son récent échec…

 

La Switch, console de la dernière chance pour Nintendo ?

 

MAIS UN PEU DE POSITIF S’IL VOUS-PLAÎT !

Si je fais partie des déçus a priori du phénomène Switch dans son ensemble, j’ai de la difficulté à reprocher quoi que ce soit à la console en tant que telle. La machine est très belle, a l’air solide et confortable, contrairement au GamePad de la Wii U qui, il faut l’avouer, n’est pas une référence en terme de design et d’ergonomie. Plutôt imposante pour les plus jeunes qui ont des petites mains et avec un aspect plastique qui faisait plus jouet que périphérique de qualité. L’écran de 720p semble aussi être de bien meilleur qualité que ce qu’on peut retrouver sur le GamePad (480p).

Sans parler des Joy-Con qui semblent être des petits bijoux technologiques. Parmi leurs caractéristiques nous avons des capteurs capables de détecter nos mouvements avec précisions ; le HD Rumble qui permettra une vibration super précise ; un lecteur NFC pour nos Amiibos (et pour probablement nos cartes de crédit…) ; un bouton de partage pour des captures d’images ; et, pour finir, un capteur/caméra qui pourra reconnaître la forme des objets. Tout ça dans une paire de Joy-Con. Un vrai saut dans le futur en comparaison des bonnes vieilles Wiimote ! Tout ceci pourrait bien donner un second souffle au concept de détecteur de mouvement dans un jeu vidéo, aspect qui avait fait le succès de la Wii !

 

Utilisation de la Joy-Con la plus bizarre vue jusqu’à maintenant

 

Nintendo laisse tomber plusieurs concepts qui étaient présents sur ses dernières consoles. L’entreprise nippone a enfin écouté ses joueurs et va mettre fin au verrouillage régional (Region Lock), comme ses concurrents ont fait précédemment avec leurs consoles. Cependant, libre aux éditeurs et développeurs d’inclure un verrouillage dans leurs jeux à l’image d’Atlus et de son jeu de combat Persona 4 Arena, seul jeu zoné sur PlayStation 3. Fini aussi les fameux Mii obligatoires et le Miiverse, le réseau social de Nintendo qui n’a jamais vraiment été le succès escompté. Et re-bienvenue aux bonnes vieilles cartouches comme support physique pour les jeux, qui aura comme avantage d’avoir des temps de chargement réduits en comparaison aux disques optiques. Mais la vraie question est, va-t-on devoir souffler à l’intérieur pour les faire fonctionner comme dans le temps de la NES ?

Mais surtout, fini le concept de jouabilité à deux écrans comme sur la Wii U. Ça n’a jamais vraiment été un véritable succès, très peu de jeux utilisent correctement l’écran du GamePad et les développeurs qui s’y sont essayés ont souvent échoué, par exemple le récent Star Fox Zero par Platinum Games À la place, on a une console complètement portative, de quoi satisfaire les enfants lors des longues distances en automobile et ceux qui aiment jouer sur la cuvette !

 

Nintendo veut que vous jouiez à la Switch, peu importe ce que vous faîtes !

 

ET VOICI L’HISTOIRE QUI SE RÉPÈTE…

Si je suis vendu pour ce qui est de la console en tant que telle, c’est tout le reste qui m’agace beaucoup. Crevons l’abcès dès maintenant, le support des éditeurs tiers fait pâle figure jusqu’à présent. J’ai l’impression que la majorité des jeux que les éditeurs tiers ont annoncés jusqu’à aujourd’hui sont des portages de jeux sortis il y a déjà plusieurs années…

 

Beaucoup de portage de jeux déjà sortis il y a longtemps sur d’autres consoles

 

The Elder Scrolls V: Skyrim, jeu sorti en 2011, disponible sur toutes les autres consoles sur le marché présentement, s’est écoulé à plus de 30 millions d’exemplaires. The Binding of Isaac, paru en 2011 également, s’est vendu à plusieurs millions de copies. Rayman Legends, titre commercialisé en 2013, est lui aussi disponible sur toutes les autres consoles sur le marché et s’est écoulé à plus d’un million de copies. Et je pourrais continuer comme ça sur plusieurs des jeux annoncés jusqu’à présent sur la Nintendo Switch. J’ai de la difficulté à voir comment ces jeux, auxquels une grande majorité de joueurs a déjà joué, vont pouvoir bien se vendre, surtout si de surcroît ils sont vendus plein tarif sur la Switch ! J’ai plutôt le sentiment que les éditeurs tiers ne veulent pas prendre de risque tant et aussi longtemps qu’ils ne seront pas sûrs que la Switch ne sera pas une autre Wii U. Si la console se vend bien les premiers mois, je ne serai pas surpris de voir plein d’annonces de jeux au prochain E3 en juin. Dans le cas contraire, on va vite retomber dans le cas de figure que les consoles de Nintendo sont juste pour les jeux de Nintendo.

En parlant de jeux, je trouve triste le nombre et la qualité de ces derniers qui seront disponibles le 3 mars, à la sortie de la console. Sur les 5 jeux d’importances à sortir, seulement 1-2 Switch et Super Bomberman R ont été développés spécifiquement pour la Switch. Et ce n’est clairement pas Super Bomberman R qui va me faire acheter une nouvelle console…

 

Les jeux Nintendo Switch pour 2017

 

En contrepartie, la Wii U avait pour sa part beaucoup plus de jeux à sa sortie en 2012, parmi lesquels on trouve ZombiU, Ninja Gaiden 3, New Super Mario Bros. U, Mass Effect 3, Darksiders II, Call of Duty : Black Ops II, Batman : Arkham City, Assassin’s Creed III, Sonic and All-Stars Racing Transformed, NintendoLand, etc.

Vous vous dites que les prochains gros jeux ont une chance de sortir aussi sur la Switch ? Peut-être. Mais jusqu’à maintenant, les réponses sont la plupart du temps négatives. Capcom a annoncé qu’il n’y avait aucune chance de voir le surprenant Resident Evil VII sur Switch. Un des développeurs de Titanfall 2 a carrément ri à l’idée de voir son jeu sur la console de Nintendo. Randy Pitchford de Gearbox Software était en contact avec Nintendo pour un futur Borderlands 3, mais apparemment, la société nippone ne semblait pas être tentée à l’idée… Mais ce n’est pas grave, on va avoir un nouveau Mario pour le temps des fêtes !

CONSOLE ET MANETTES DISPENDIEUSES

Certes, si on compare les prix américains d’anciennes consoles de salon à leur sortie, la Nintendo Switch est l’une des moins dispendieuses. Et non, ce n’est pas la faute de Nintendo si le dollar canadien rend le prix de la console beaucoup plus chère au Canada. Mais le consommateur ne va pas nécessairement penser à ça quand il verra ce que la concurrence propose. Et cette compétition est déjà bien établie, a un produit plus puissant, avec plus d’espace de stockage, offre plus de contenu, tout ça en étant moins chère. Sony et Microsoft offrent aussi d’autres services multimédias, comme Netflix, Spotify, Hulu, etc.

 

 

Ce qui me déçoit, c’est la décision de ne pas sortir la Nintendo Switch avec un jeu qui mettrait à profit la jouabilité unique de la console, comme Wii Sports et NintendoLand l’ont fait pour leur console respective. Et 1-2 Switch serait le candidat par excellence ! Mais Nintendo a plutôt décidé de vendre cette compilation de mini-jeux à plein prix, comparant cette situation à celle de Wii Play, qui était aussi vendu séparément de la Wii. Pour ma part, j’avais acheté Wii Play parce qu’elle venait avec une manette, pas pour le jeu…

SYSTÈME EN LIGNE

Reggie Fils-Aimé, Président de Nintendo of America, a avoué qu’un des principaux défis qu’ils ont eu avec la Wii U était de ne pas avoir été assez clair sur ce que la console était et pouvait faire. C’était une tablette ? Un périphérique pour la Wii ? On a tous été un peu confus au départ. Un problème qui ne s’est pas répété avec la présentation de la Switch, en démontrant bien le potentiel de la nouvelle console de Nintendo. En revanche, pour ce qui est de leur nouveau système en ligne qu’il souhaite implanter pour la console, ce n’est vraiment pas clair du tout.

 

Ce que l’on peut espérer avec un abonnement pour le nouveau service en ligne de la Switch

 

Mais soyons honnête, l’aspect en ligne de Nintendo n’est clairement pas leur point fort (souvenez-vous des codes amis). Elle souhaite apparemment avoir un abonnement en ligne similaire à ce qu’on peut voir chez PlayStation et Xbox. Mais à un mois de la sortie de la console, on ne sait toujours pas le prix exact de cet abonnement si ce n’est qu’il est situé entre 2000 et 3000¥ (soit entre 23$ et 34$) selon le Président de Nintendo Japon. et tout laisse croire qu’on va avoir droit à un jeu NES / SNES gratuit, mais seulement pour un mois. Pour rappel, le PlayStation Plus et le Xbox Live Gold offrent plusieurs jeux par mois, qu’on peut garder dans notre bibliothèque pour longtemps. Et ce sont généralement des jeux récents…

Mais l’aspect le plus confus est comment tout ce système en ligne va fonctionner. La réponse la plus claire jusqu’à maintenant, c’est que ça va se passer via une application sur notre téléphone intelligent. Tout le « chat », le « matchmaking » ou création d’un « lobby » se fera via notre téléphone. Ce n’est pas logique ! Si je veux jouer en ligne à Mario Kart 8, je vais connecter ma Nintendo Switch sur mon WiFi, pourquoi ai-je besoin de sortir mon téléphone, et d’y brancher mes écouteurs, afin de pour pouvoir profiter du reste de l’expérience ? Pourquoi ne puis-je pas avoir tout ça dans ma console, comme tout le monde fait depuis… toujours ?

 

CONCLUSION

Étant un fan de Nintendo, j’ai toujours acheté les consoles de Nintendo le premier jour depuis la sortie de la GameCube. Mais pour la nouvelle Switch, ça ne sera pas le 3 mars. La console est super intéressante et les Joy-Con promettent à nouveau d’offrir une nouvelle façon de jouer. Malheureusement, la console est trop chère pour ce qu’elle offre présentement. Et il reste encore beaucoup d’incertitudes, comme la situation avec la Virtual Console, le système en ligne qui n’est toujours pas clair, le support des éditeurs tiers, si 3 heures de batteries suffiront, si la taille et la résolution 720p de l’écran vont suffire, les performances de la console… Je suis d’avis que Nintendo ne peut pas concurrencer avec Sony et Xbox en terme de performance, mais réussiront-ils à garder la console pertinente dans 2-3 ans quand une hypothétique PS5 / XboxTwo vont sortir ?

Pour ma part, je jouerai au nouveau ZeldaBreath to the Wild, sur ma bonne vieille Wii U et je vais attendre de voir la situation de la Switch en 2018, voire une baisse de prix ou un bundle avec le nouveau Mario, pour m’en acheter une. Si un jour on voit des gens amener leur nouvelle console de salon portative pour jouer tous ensemble, on pourra dire que Nintendo a gagné son pari et pourra enfin oublier l’échec de sa Wii U.