C’est en avril 1989 que Dragon Ball Z est diffusé pour la première fois au Japon. Nous prenons donc cette occasion pour se remémorer les meilleurs adaptations vidéoludiques. Instant nostalgie incoming.

1 / 10 diapositives

    Dragon Ball Z La Légende Saïen – SNES – 1994

    Inédit en Amérique du Nord jusqu’en 2015, celui que l’on appelle Dragon Ball Z 2 communément en France et en Espagne améliore tout par rapport à l’épisode précédent. Les graphismes sont plus soignés, les coups ont plus d’impact et surtout la bande son tire parti des capacités de la Super NES de façon admirable. Le mode histoire à embranchements multiples étaient un régal et on s’y replonge sans problème 25 ans plus tard.

    Crédit photo: Xtreme Retro

    Dragon Ball Z Ultimate Battle 22 – PlayStation – 2003

    L’un des premiers jeux de la licence à voir le jour en Amérique du Nord, DBZ Ultimate Battle 22 y atterrit cependant très tard. Sorti en 1995 au Japon (et l’année suivante en Europe), le jeu pour PlayStation n’arrive qu’en 2003 aux pays de l’Oncle Sam et des caribous. Naturellement, les bonnes critiques japonaises et françaises notamment se transforment en océan de négativité six ans plus tard. Quoi qu’il en soit, ce titre qui propose en fait 27 personnages jouables est une parfaite introduction. Dommage qu’il n’y ait pas de mode histoire.

    Crédit photo: Corona Jumper

    Dragon Ball Z Hyper Dimension – SNES – 1996

    Dernier jeu de combat DBZ à paraitre sur Super NES, Hyper Dimension change complètement la formule utilisée dans les trois précédents titres. Ici, plus de séparations d’écran et d’envol dans les airs. On est plus proche de Street Fighter avec un accent mis sur le corps à corps. À nouveau non distribué ici, le jeu voit le jour au Japon en 1996 puis un an plus tard en France et en Espagne, pays où la licence est la plus forte. Mais malheureusement pour ces deux territoires, le jeu est amputé de son mode histoire, perdant dès lors un intérêt certain en solo. Mais il reste tout de même l’un des meilleurs jeux de combat DBZ.

    Crédit photo: Game Fabrique

    Dragon Ball FighterZ – PS4 – XBO – PC – NS – 2018

    Si Bandai Namco n’a pu nous contenter avec Xenoverse, force est de contacter qu’ils ont misé juste avec Dragon Ball FighterZ. C’est dynamique, jouissif et bourré de références dans tous les sens pour les fans. Puis, c’est techniquement irréprochable. On a vraiment l’impression de jouer à l’anime. C’est la meilleure expérience moderne. Car vous pouvez tout de suite oublier Jump Force qui ne mérite que de couler au fond d’un lac.

    Crédit photo: Steam

    Dragon Ball Z Supersonic Warriors – GBA – 2004

    Les jeux de combat sur consoles de salon c’est bien, mais la franchise nous a aussi offert quelques volets bien sentis sur les consoles portables. Supersonic Warriors est de ceux là. Paru sur Game Boy Advance en 2004, Supersonic Warriors propose de nombreux modes de jeux et surtout un mode histoire qui explore des réalités alternatives (What If en anglais).

    Crédit photo: YouTube

    Dragon Ball Z Extreme Butôden – 3DS – 2015

    Comme son nom l’indique Extreme Butôden se place en héritier des jeux de combat de l’ère Super NES pour notre plus grand plaisir. Le résultat est à la hauteur des espérances avec un casting au poil de 24 personnages. Mais n’attendez pas autre chose qu’un jeu de combat en solo. Sa nature portable étant ce qu’elle est, difficile de faire mieux. Mais les nostalgiques de la période 16-bits en auront pour leur argent. C’est ainsi également que DBZ La Légende Saïen est arrivé en Amérique du Nord, sous la forme d’un bonus de précommande (tout en japonais cela dit).

    Crédit photo: YouTube

    Dragon Ball Z Budokai 2 – PS2 – GC – 2003

    S’il y a un jeu de combat de la licence de l’ère PlayStation 2 à retenir c’est bien celui-ci. Proposant des modes de jeu en veux-tu en voilà, Budokai 2 avait le mérite d’être archi-complet et surtout de proposer un mode histoire long, prenant et bien pensé sous ses airs de jeu de plateau. À noter qu’au Japon, une seconde version a vu le jour sous la forme de Dragon Ball Z 2 V. Proposant 4 personnages en plus, tous les personnages débloqués d’emblée et une jaquette différente, c’était en fait un cadeau pour un concours organisé par le magazine V-Jump. Il n’en existe que 2000 copies. Jeux.ca en a une.

    Crédit photo: Cheatcc

    Dragon Ball Z Battle of Z – PS3 – XB360 – PSV – 2014

    Développé à nouveau par Artdink, Battle of Z est un Action RPG dans le monde DBZ. Soit toute la dynamique des jeux Artdink au service de l’histoire de l’anime. C’est exactement ce à quoi on s’attend soit un enchaînement de missions et des cinématiques de toute beauté. Dit comme ça, ce n’est pas très engageant mais pour peu que l’on soit fan du travail de Toriyama, c’est le paradis.

    Crédit photo: Plus XP

    Dragon Ball Z The Legacy of Goku – GBA – 2002

    La Game Boy Advance a accueilli son lot de jeux à licence et DBZ n’y a pas échappé. La trilogie The Legacy of Goku couvre un large éventail de la série, jusqu’à Buu pour être précis. Le gameplay quant à lui est un mélange d’exploration et de combats en temps réels. Ces derniers sont simplifiés vu le support mais ce n’est pas plus mal. Une série incontournable sur la portable de Nintendo.

    Crédit photo: Game Fabrique

    Dragon Ball Z Attack of the Saiyans – NDS – 2009

    Sur Nintendo DS aussi les guerriers Saiyans ont fait leur preuve de la plus belle manière. Attack of the Saiyans fait une belle utilisation des deux écrans ainsi que des capacités tactiles. Si l’écran du haut affiche le jeu dans une 2D fine, celui du bas fait office de menu. On peut ainsi choisir les actions durant les combats ou accéder à différents objets et outils à tout moment.

    Crédit photo: Neoseeker

Commentaires