Expérience Global Game Jam

Même si je suis allé au Game Jam en ayant déjà une équipe, il est tout de même agréable de tous se retrouver dans un contexte événementiel qui sort de l’ordinaire et qui nous pousse hors de notre zone de confort.

 

Expérience Global Game Jam

Définition de ce qu’est un «Game Jam» :

Un «Game Jam» est un événement durant lequel des équipes travaillent avec ferveur une fin de semaine dans l’optique de réussir à présenter un jeu autour d’une thématique donnée. Les équipes sont soit construites en avance, soit complétées sur place ou encore construites à même le site. Bien qu’il existe un aspect compétitif aux jams (après tout, les jeux sont présentés à un jury), c’est toutefois une ambiance de franche camaraderie qui règne sur place. Ayant participé au Global Game Jam de 2017 sur le campus de l’ÉTS, j’ai choisi de partager avec vous mon expérience en tant que participant à l’événement. La particularité ce dernier est qu’il est planétaire. En effet, plusieurs villes de plusieurs continents participent au jam sous les mêmes contraintes.

Jour 1

Même si je suis allé au Game Jam en ayant déjà une équipe, il est tout de même agréable de tous se retrouver dans un contexte événementiel qui sort de l’ordinaire et qui nous pousse hors de notre zone de confort. Sur place, nous avons rencontré un concepteur sonore qui s’est joint à notre équipe de concepteurs de jeux et de niveaux. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure sans programmeur et sans artiste de formation. Avant que le thème ne soit donné aux équipes participantes, les développeurs ont le temps d’effectuer de nouvelles rencontres ou même des retrouvailles inattendues avec d’autres concurrents.

Puis, les équipes sont rassemblées vers 18h et le thème est donné sous la forme d’une vidéo. Après le visionnement, une effervescence se propage à tous les participants : il est maintenant l’heure de se mettre au travail. Soulignons au passage que l’ÉTS avait mis à disposition des développeurs de grands tableaux blancs mobiles. Ceux-ci se sont avérés très utiles pour les séances de remue-méninges. Une fois le concept central trouvé et les différentes mécaniques de jeu conceptualisées, il est temps de sortir de la phase d’idéation pour se retrouver en pleine production. Grosso modo, l’objectif pour la première soirée est de distinguer ce qui peut fonctionner de ce qui ne pourra pas être complété avant l’échéance du dimanche.

Jour 2

À l’aube de la deuxième journée, l’effervescence est relativement passée et il est plutôt l’heure de faire des constats du genre : «Peut-être que si nous avions une semaine, nous pourrions réussir à créer ce système : nous sommes mieux de passer à autre chose.» Ce type de questionnement est généralement suivi par la phrase suivante : «Wow, il est déjà…» Effectivement, le temps passe très vite dans un jam et on dirait toujours qu’il avance plus rapidement que les progrès effectués. Cela fait en sorte que très tard le lendemain du début, les prises de tête valsent avec les fous rires dans une ambiance à la fois stressante et amusante. De plus, travailler avec autant d’équipes à proximité immédiate fait en sorte qu’il n’est pas rare de voir de la coopération entre équipes. Par exemple, notre concepteur sonore a aussi réalisé sons et musique pour une autre équipe.

Jour 3

Finalement, le dernier jour de l’événement, c’est le moment où la frénésie atteint son paroxysme. C’est le temps de transformer notre travail en «.exe» (fichier exécutable permettant de démarrer le jeu sur PC), de corriger les bogues de dernière minute, de finir le côté artistique, d’effectuer l’équilibrage et, surtout, de créer un tout jouable, amusant et créatif avec tout le travail effectué lors de la fin de semaine. Ensuite vient le sentiment de satisfaction, ou de panique, quand arrive l’heure limite. À ce moment, les différents juges font le tour des jeux, posent des questions aux participants et présentent finalement leurs coups de coeur et leurs mentions honorables. Finalement, après une fin de semaine de dur, mais plaisant, labeur il est finalement l’heure du repos pour tous les développeurs qui se sont investis dans leurs projets et qui retourneront dans le monde réel le lendemain.

 

 

Faits divers

  • L’ÉTS a fait un excellent travail d’hôte, donnant café, repas et collations aux participants.
  • Tous les jeux faits à Montréal durant l’événement sont disponibles au : http://globalgamejam.org/2017/games
En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies