Pourquoi le jeu de société revient-il en force?

Il a quelques jours, Jamey Stegmaier, fondateur de la maison d’édition Stonemaier Games (Scythe, Viticulture, Wingspan, …), a publié sur son blog un article titré Top 10 Reasons for the Rise in Popularity of Tabletop Games. Il commence son billet par mentionner que la question du retour en force des jeux revient régulièrement, très régulièrement. Et c’est effectivement le cas : c’est probablement une des (si ce n’est la) questions qu’on m’a posé le plus souvent lors d’entrevues médias.

Malheureusement, il n’existe pas d’études sérieuses sur le sujet. C’est pourquoi, à chaque fois que la question revient sur le tapis, je me dois de faire une petite mise en garde : les explications données sont un mélange entre mon ressenti et les impressions partagées par d’autres qui sont dans le milieu depuis plusieurs années. Ainsi, lorsque des professionnels de l’industrie font leur analyse de la question, je suis toujours curieux de voir quels arguments ils avancent.

J’aimerais donc prendre un moment avec vous, chers lecteurs, pour passer au travers des 10 raisons présentées par M. Stegmaier.

  1. Magic the Gathering. Selon lui, le très populaire jeu de cartes à collectionner a ouvert la voie aux jeux de tables modernes.
    Je dois avouer que moi-même, lorsque j’avais 8 ans, je m’y suis intéressé et c’est en quelque sorte ce qui m’a amené aux jeux de rôle puis aux jeux de société modernes.
  2. Jouer en famille. Selon lui, plus de familles s’intéressent aux jeux de société et donc leurs enfants s’y intéressent à leur tour, ce qui fait une multiplication de joueurs sur le long terme.
    Bien que je ne sois pas contre l’idée de « contamination familiale », je ne pense pas que ce soit un effet qui soit visible aujourd’hui. Ce sont surtout les enfants de joueurs d’aujourd’hui qui grandissent dans un univers de jeux de table.
  3. Le succès de certains jeux modernes. Selon lui, des jeux comme Catan et Les Aventuriers du Rail ont réussi il y a 10 ans à se glisser sur des tables de non-joueurs qui en les découvrant ont développé un goût pour les jeux modernes.
    Ici, rien à redire pour ma part. Ces deux jeux sont souvent cités comme première expérience de jeux par de nombreux joueurs.
  4. Kickstarter. Selon lui, les plateformes de sociofinancement ont, en plus d’augmenter l’offre de jeux, ouvert la voie à de nouveaux publics formant de nouveaux amateurs de jeux.
    Bien d’accord, car je ne compte le nombre de joueurs qui m’ont dit s’être intéressés au loisir après avoir découvert un jeu sur une plateforme du type Kickstarter.
  5. Jouer est socialement accepté. Selon lui, peu importe la forme que cela prend (jeu sur console, sur téléphone, jeu d’évasion, etc.), le jeu fait partie des activités normales et régulières et chaque jeu est une porte vers d’autres.
    Encore une fois, je suis tout à fait en accord. Si avant nous étions une poignée à nous intéresser aux jeux, aujourd’hui « tout le monde joue ».
  6. Réseaux sociaux. Selon lui, les réseaux sociaux ont aidé à la diffusion des jeux et ont permis de rassembler des gens qui partagent le même centre d’intérêt.
    De mon côté, c’est probablement un effet de chambre à écho, mais j’ai l’impression que TOUT LE MONDE parle de jeux sur les réseaux sociaux. Toutefois, j’ajouterais que cela facilite la découverte de l’univers pour les néophytes.
  7. Fuir l’écran. Selon lui, les jeux de société sont un excellent prétexte pour s’éloigner de l’écran.
    Ça, c’est probablement l’argument que j’ai le plus utilisé quand on me demande quels sont les avantages des jeux de société. J’ajoute aussi le besoin de contacts humains sans intermédiaire numérique.
  8. Boutiques et café ludiques. Selon lui, l’aspect de communauté créé par ces lieux n’est pas à négliger.
    Pour ma part, cela fait 7 ans que j’anime à La Récréation et d’expérience, pour plusieurs habitués, une part non-négligeable de l’intérêt de jouer est de voir des gens et de socialiser. À force de les côtoyer à chaque semaine, plusieurs clients réguliers sont devenus des amis.
  9. Facilité de rester chez soi. Selon lui, avec la multiplication de services à domicile (Netflix, Amazon, etc.), les gens recherchent des activités à faire à la maison -comme les jeux-. De plus, d’une certaine façon le jeu, étant une activité tranquille et structurée, est une excellente façon de socialiser pour les introvertis.
    J’ajouterais à cela un argument développé par une étude que j’avais lue la crise économique de 2008. Après les crises, les consommateurs ont tendance à être plus raisonnables dans leurs achats et à valoriser la cellule familiale. Le jeu tombe pile dans ces critères car on peut l’utiliser de nombreuses fois et en famille.
  10. Culture geek. Selon lui, l’avènement de la culture geek au sens large est un facteur important. Il cite pour exemple l’émission Tabletop animée par Wil Wheaton qui avait des millions de spectateurs.
    Sans surprise, je suis bien d’accord. À ce propos, j’avais vu un excellent documentaire titré La Revanche des Geek qui explique comment la culture geek est devenue aussi proéminente au cours des deux dernières décennies.

Évidemment, il existe sûrement de nombreuses autres raisons qui explique la popularité des jeux de société modernes. D’ailleurs, je me permets d’ajouter quelques pistes de réponse supplémentaires :

  • la multiplication des évènements mettant le jeu en vedette comme le Salon du Jeu de Société de Montréal sur la photo en en-tête;
  • la qualité tant visuelle que matérielle des jeux qui les rendent plus attrayants pour l’acheteur;
  • la simplification des règles, le retrait de l’élimination des joueurs et les durées de jeux plus raisonnables offerts par de nombreux jeux.

Et vous? Qu’en pensez-vous? Pourquoi les jeux de tables sont-ils aussi populaires?

Si vous voulez lire l’entièreté du billet de blog (en anglais), c’est par ici.

En poursuivant votre navigation sur Jeux.ca, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre navigation. En savoir plus sur notre utilisation des cookies