« Vous deux en rose, allez me chercher du bois, vous deux, des pierres et vous deux, des cartes. Nous allons construire une jolie villa romaine et raser ces satanées cabanes barbares ».

c_mt_imperial-settlers-solo
©Edge entertainment

Settlers : Naissance d’un empire est un extraordinaire jeu de cartes où chacun doit bâtir son empire et le développer, tout en tenant compte du fait que les autres joueurs voudront faire de même. Encore plus emballant pour nous, l’auteur Ignacy Trzewiczek a créé pour le jeu une version solo inclue dans la boîte de base.

Le soliste doit suivre exactement les mêmes étapes que dans une partie normale (observation, production, actions, entretien). S’ajoute ensuite une cinquième étape, où de vilains moustachus casqués, représentés par 16 cartes spécifiques au jeu solo, s’en prendront aux bâtiments construits. Le but du jeu est alors double : un, résister à l’assaut et posséder davantage de constructions que l’ennemi et deux, obtenir un score de plus en plus élevé afin d’atteindre, avec 80 points et plus, le statut d’empereur.

Settlers : Naissance d’un empire se démarque des autres jeux de développement par le souci que l’auteur a apporté à sa version solo et ça se traduit, par exemple, par de nouvelles cartes solo dans chaque nouvelle extension. La rejouabilité est d’ailleurs élevée avec l’ajout imminent d’un sixième peuple, les Aztèques (en plus des Romains, Barbares, Égyptiens, Japonais et de l’extension Atlantes). Les parties sont fluides, serrées, surprenamment tendues et à mille lieux des versions tarabiscotées et inventées sur le coin d’une table. Ce n’est pas pour rien que le jeu a gagné le Golden Geek Best Solo Boardgame en 2014.

Pour les solistes extrêmes, Trzewiczek a aussi publié une version campagne qui ajoute des couches de complexité sans rien enlever au plaisir de jouer. Vous pouvez la retrouver sur le site de l’Éditeur Portal (en anglais).

Un incontournable pour les architectes et les conquérants.