Avouons-le, il nous arrive tous de se frustrer contre des collègues de travail, des amis, de la famille, ou des étrangers. La constitution d’un groupe de jeu peut incorporer un ou plusieurs membres d’amis/famille et de la frustration peut facilement faire surface, intoxicant la partie pour tout le monde, autant si vous êtes un MJ que si vous êtes un joueur.

Avertissement

Ces opinions sont les miennes et ne sont aucunement représentatives des meilleures solutions ni même les meilleures astuces pour régler certains problèmes. Je ne fais qu’écrire des situations que j’ai vécu envers un MJ, ou que mes joueurs m’ont fait part.

Sans plus tarder, voici mes astuces pour être un meilleur MJ et améliorer l’atmosphère de jeu. Nous allons nous concentrer, cette fois-ci, sur le monde dans lequel les personnages vivent.

Votre monde est pour vos joueurs

Étant MJ moi-même, il est parfois difficile de me rappeler que je fais cette partie pour mes joueurs et non pour ma personne.

Il est facile, dans son propre monde, de se perdre derrière des idées de personnages super cool, puissants et infaillibles (surtout dans des jeux de High Fantasy), mais rappelez-vous que vos joueurs sont les héros de cette histoire, et non vos personnages. Certes, certains personnages non-joueur (PNJ ou NPC) alliés peuvent avoir une grande importance, ou encore, faire partie du groupe de personnages des joueurs, mais ils ne devraient jamais voler le spotlight des personnages principaux.

Mini Astuce:
Un bon truc pour intégrer des PNJ importants au groupe est d’avoir un certain événement qui les présente, tels que :

  • Dans une situation politique, le PNJ démontre un certain intérêt envers le groupe, qu’il soit positif ou négatif, mais il n’y a pas nécessairement une grosse interaction.
  • Si les joueurs sont emprisonnés, un PNJ vient les libérer, étant eux-mêmes un ami d’un ami. Ce personnage peut rester avec le groupe et devenir un « guide ».
  • Voir le PNJ à plusieurs endroits en même temps que les personnages des joueurs. Par exemple, s’ils font une investigation d’une série de meurtres, et, à force de plusieurs jets, réalisent qu’une personne est toujours présente. Libre à vous, MJ, de voir si c’est en fait le tueur ou un policier clandestin… ou les deux?

Les PNJ sont des personnes normales, eux aussi

Vos PNJ, rappelez-vous, sont contraints aux règles de votre univers. Tout ce que vos joueurs peuvent ou ne peuvent pas faire, vos PNJ peuvent ou ne peuvent pas le faire non plus. Dites-vous que, si un joueur se fait dire « non » pour son Orc Paladin priant de la Déesse de beauté (quelque chose d’impossible normalement), ne faites pas ce personnage, ou une variance de celui-ci. Non seulement cela va royalement déplaire au joueur en question, ça vous rend incroyablement hypocrite aussi.

La règle de normalité vient aussi toucher le mental des PNJ. Vos joueurs, réagissant au monde autour d’eux (que ce soit des situations tristes, frustrantes, angoissantes, désespérées, heureuses, émouvantes et ainsi de suite), s’attendent en quelque sorte que leurs alliés réagissent aussi. Vos PNJ devraient, eux aussi, réagir de manière logique lorsqu’ils font face à ces situations. Il est possible que vous ayez un PNJ Grim Dark Gothique Assassin Drow qui n’a aucune émotion et qui a un cœur de glace, et c’est tout à fait correct, mais ça ne devrait pas être la majorité des PNJ qui sont nonchalants dans toutes situations. Certes, quelques-uns réagiront de manière différente en face de certaines situations, mais tout le monde, en théorie, a des émotions et réagit un minimum, du moins faisant preuve d’empathie envers leurs amis.

Mini Astuce:
Je suggère grandement d’aller lire des outils de créations de personnages. Je crée présentement des fiches de personnages pour tous les PNJ importants dans le jeu de rôle dont je suis le MJ, et c’est un excellent exercice pour vos joueurs de faire de même pour leurs personnages.

Voici quelques liens qui pourraient vous aider, ils sont en anglais, mais simples à lire :
https://www.scribendi.com/advice/creating_believable_characters.en.html
http://www.nownovel.com/blog/how-to-create-believable-characters/
https://www.thebalance.com/how-do-i-create-believe-characters-1277069

Ne pliez pas les règles pour vos PNJ

Dans la même optique, si les joueurs sont contraints, par exemple, aux capacités de leurs classes et ne peuvent pas avoir de capacités d’une autre classe, ne faites pas en sorte que vos PNJ ont des capacités hors norme, comme un guerrier utilisant de la magie, surtout s’il n’y a pas de classe hybride comme un mage-lame. Ceci crée un énorme débalancement entre les joueurs et les PNJ, et au lieu d’avoir un effet d’émerveillement, les joueurs se sentiront faibles et désavantagés.
Évidemment, avoir quelques personnages, alliés comme ennemis, plus forts est important dans une campagne, mais il faut faire attention à la quantité de ces personnages potentiellement très puissants, ce qui m’amène à mon prochain point…

Le cercle vicieux de la puissance

Le meilleur exemple que j’ai du cercle vicieux de puissance, c’est de penser à Dragon Ball, ou encore les mangas/animes de type shonen. Il y a un être incroyablement puissant qui doit être vaincu et les joueurs réussissent à tuer cette personne. Maintenant, par contre, pour qu’il y ait un défi, un ennemi encore plus puissant doit faire surface, alors les joueurs doivent devenir encore plus puissants qu’ils n’ont jamais été. Ceci crée un cercle de puissance infini qui, par expérience personnel, peut se résoudre de manières différentes :

  • La campagne termine avec des joueurs ayant une puissance qui équivaut à celle d’une divinité qui se lancent des galaxies au visage (ce qui n’est pas mauvais en tant que tel, si cela est le point finale de l’aventure).
  • Les joueurs découvrent comment complètement briser le système pour surpasser les êtres qui sont toujours plus puissants qu’eux.
  • Les gens se tannent et quittent la campagne, car la puissance qu’ils ont acquis ne sera jamais à la hauteur du danger présent, ou ils ne seront jamais à la puissance des PNJ surpuissants au courant de la campagne.
  • Vous ne savez plus quoi faire en tant que MJ, car toutes les créatures sont maintenant trop faibles pour faire face à vos joueurs.
  • Vous trouvez une raison bidon d’enlever toute la puissance de vos joueurs.
  • Vous allez arbitrairement donner des défenses et résistances à vos PNJ pour compenser la puissance de vos joueurs.
  • L’aventure va stagner dû au fait qu’il n’y a jamais vraiment d’avancement de personnages, parce qu’ils sont déjà trop puissants.

Ceci ne veut pas dire « N’ayez jamais de personnages plus puissants pour aider ou nuire à vos joueurs! », mais plutôt de ne pas tomber dans le piège de toujours les utiliser. Il est normal d’avoir un ennemi final pour vos joueurs, (le progrès, qui, comme vous savez, est très important!) et certainement, si le gros méchant se retrouve face au groupe et les anéantit à leur première semaine d’aventure, ce n’est pas mieux non plus.

Visez pour des combats majoritairement équivalent a la puissance de vos joueurs, et variez ceux-ci avec des combat plus difficile ou plus facile une fois de temps en temps.

L’usage intelligent et créative de vos PNJ les plus puissants dans des situations précises pour venir en aide ou nuire au groupe est la solution idéale. De plus, soyez certains qu’il y a une raison valide si jamais leurs alliés surpuissants ne peuvent pas venir en aide. 

Évitez le « Deus Ex Machina »

Ce point va de pair avec le cercle vicieux de puissance.« Deus Ex Machina » veut dire « dieu qui provient de la machine ». Aristote était le premier à utiliser ce terme pour décrire une technique utilisée comme un dispositif pour résoudre les complots des histoires remplies de plotholes (trous de l’intrigue). On le considère généralement indésirable en écriture, et l’utiliser implique souvent un manque de créativité de la part de l’auteur.

Source

Quel est le lien avec un jeu de rôle sur table? Je m’explique : Vous mettez vos joueurs en situations impossibles à résoudre par eux-mêmes, mais, par magie, un PNJ apparaît et vient sauver la mise, effaçant complètement tous risques ou conséquences de ce qui vient de se produire. Les joueurs vont avoir l’impression que tous leurs efforts ne valaient rien, puisqu’il y a un personnage qui vient les sauver à tout bout de champ.

Ceci peut même mener le joueur à utiliser ce personnage comme béquille pour des situations dangereuses, et si jamais le personnage Deus Ex Machina n’apparaît pas, le joueur risque de se poser des questions, voire même se frustrer que sa béquille ne l’a pas aidé.

Le Deus Ex Machina arrive aussi lorsqu’un ennemi puissant apparaît de nulle part et vient foirer les plans de vos joueurs, simplement parce que vous ne vouliez pas que vos joueurs accomplissent quelque chose auquel vous ne vous attendiez pas.

Conclusion

Voilà quelques trucs pour vous aider avec votre univers de jeu (mais surtout vos PNJ). J’écris ce texte, car j’ai moi-même, à plusieurs reprise, tombé dans ces pièges, mais j’ai écouté mes joueurs et j’ai évolué avec le temps. Le but d’un bon MJ est de rendre la partie la plus agréable pour ses joueurs, même si on ne peut pas toujours plaire à tous.
Mon prochain texte sur ce sujet sera plus axé sur des astuces directement pour les MJ, des trucs pour vos parties en général.

À paraître

  • Maître de Jeu P2: Astuces général, préparation et communication
  • Joueurs P1: Crée le personnage le plus intéressant, et non le plus fort
  • Joueurs P2: Astuces générales