Une campagne Kickstarter attire l’attention du côté des États-Unis. En quelques jours à peine, Strongholds & Streaming, le projet défendu par Matt Colville, a surpassé le précédent record de levée de fonds pour un produit lié au jeu de rôle sur table (détenu depuis mars 2013 par 7th Sea : Second Edition de John Wick, à $1 316 813 USD). Comment un simple supplément de règles compatible avec la 5e édition de Donjons & Dragons peut-il susciter autant d’intérêt?

Voici ma lecture de cet engouement.

Qui est Matt Colville?

Matt Colville à GMTips avec Satine Phoenix ©Geek&Sundry

Depuis maintenant plus de deux ans, l’Américain Matt Colville partage en anglais son expérience et son savoir concernant ce qu’il appelle du « nerd stuff » sur sa chaîne YouTube. Sa liste de lecture Running the game, la plus féconde, cherche à renseigner, faire réfléchir et inspirer les rôlistes autant néophytes que vétérans sur différents thèmes. Colville se base principalement sur les systèmes de Donjons & Dragons, étant lui-même un joueur et un maître de jeu fidèle depuis les premières éditions. Une force qui est souvent prêtée à Colville est sa capacité à livrer son information de manière rapide, claire et nuancée, ainsi que sa proximité dans les échanges avec la communauté qui le suit. La crédibilité de Colville est enchérie du fait qu’il est aussi un designer de jeux de profession, ayant fait ses débuts sur divers jeux de table avant de devenir designer narratif pour différents studios de jeux vidéo. Le youtuber s’oppose à mettre de la publicité sur sa chaîne et insiste que le meilleur moyen de l’encourager est de se procurer sur le site d’achats en ligne Amazon l’un de ses romans sous format numérique, car il est aussi auteur de fantasy. Il est le scénariste qui a été choisi pour travailler sur l’adaptation de Critical Role en bandes dessinées, soit la série Vox Machina, lui et Matthew Mercer (le MJ de Critical Role) avouant s’accorder un respect mutuel.

À mesure que sa notoriété en ligne s’accroît, Matt Colville devient peu à peu une personnalité gravitant autour du « star system » de Donjons & Dragons. Il a été invité à GM TIPS (Geek & Sundry) avec Satine Phoenix et a participé en tant que joueur au scénario One Grung Above à Stream of Annihilation (événement que j’ai couvert ICI) qui visait à réunir autour d’une même table des maîtres de jeu qui participent ou produisent des émissions de jeu de rôle en ligne. Colville diffuse donc lui aussi quelques-unes de ses parties personnelles de temps à autre, bien que ce ne soit pas sur ce type de contenu qu’il mise le plus… POUR L’INSTANT.

(le lien ci-dessous est le vidéo de promotion de la campagne, que je résume ensuite)

« I just believe in exchanging money for goods »

(je persiste à croire à l’échange d’argent contre des biens)

Avec le projet kickstarter Strongholds & Streaming, Colville souhaite investir les profits engendrés vers l’aménagement d’un nouveau studio réfléchi spécialement pour la captation en direct de séances de jeu de rôle sur table en ligne; un enjeu de design encore à relever que je soulignais déjà à ma première chronique Jeux.ca. Pour ce faire, Colville demeure conséquent avec sa philosophie qui consiste à diriger les personnes qui veulent le soutenir à se procurer un produit dont il recevra le plus de retombées. Ici, c’est un supplément de règles à couverture rigide et/ou un pdf compatible avec la 5E édition de Donjons & Dragons qui est à la clé.

Intitulé Strongholds & Followers (Bastions et Suivants), cet ouvrage proposera un système dont les mécaniques de jeu inspireront les joueurs à investir leur fortune (ou les motiver à en acquérir) dans divers types de bâtiments qui évolueront à travers une campagne entière. Par exemple, un château fort pourra servir à lever des armées et une tour de mage pour financer des recherches magiques. Il s’agit de donner plus de projets à réaliser pour les personnages entre les aventures, de leur faire signer des contrats avec des artisans, ainsi que sceller des alliances avec d’autres entités qui peuplent un univers quelconque. Certaines constructions pourront même déverrouiller de nouvelles possibilités de «class features» (un avant-goût ICI – en anglais). Colville précise qu’il s’agit davantage d’une nouvelle philosophie de jeu qu’un système de listes d’objets à acheter, s’appuyant de l’analogie:

« You don’t create a [character] by buying organs »

(Un personnage n’est pas qu’une addition d’organes)

Néanmoins, la question lancée en amorce demeure entière. Un modeste manuel parait bien peu pour soulever à lui seul autant de passion.

« Le jeu de rôle c’est beaucoup plus qu’affronter des monstres… Construisez un bastion, et influencez le monde. » -Colville

Il semblerait que le succès d’une campagne de sociofinancement ne soit pas uniquement dû à l’offre d’un produit en vogue. Plusieurs projets retentissants lancés sur Kickstarter ou Ulule en Europe ont en commun une offre qui cible au départ des clientèles déjà conquises. Un cercle vertueux souvent s’ensuit, au sens où des chiffres qui partent en flèche dès le lancement d’une campagne suscitent de l’attention, tandis qu’un hype envoie le message qu’il s’agit d’un projet « à ne pas manquer » et auquel plein de gens font confiance, ce qui rassure aussi en tant que nouvel investisseur. En novembre 2017, l’équipe derrière « NOOB, le jeu vidéo! » a mis à profit l’énorme visibilité transmédiatique dont elle jouit pour se hisser au premier rang des projets financés avec 1 246 852 euros et « Aventures – Le Jeu », pour en revenir au jeu de rôle, s’est quant à lui adressé aux légions d’abonnés de youtubers français gravitant autour du Joueur du Grenier. Le projet Strongholds & Streaming transparaît donc beaucoup plus comme une preuve tangible du succès de la chaîne YouTube de Matt Colville (et par extension de la vitalité de la communauté rôliste en générale) que d’un réel besoin envers un supplément sur un sujet à la mode. Il s’agit ici d’un exemple concret qui laisse croire que la gestion d’une communauté est un levier important (ou une catapulte!) dans le financement participatif.

Pour conclure, je suis forcé d’avouer que je fais parti des admirateurs de Colville depuis presque la première heure, puisque c’est lui qui m’a aidé à me familiariser avec le logiciel de table virtuelle Fantasy Grounds. Je le trouve sensible et intègre, car il partage ses bons coups comme ses échecs. À mes yeux, Colville incarne tous les traits d’un bon designer. Il apporte de la théorie, la confronte sur le terrain avec diverses mises en situation et fournit toujours quelques nuances nécessaires, mais surtout il fait tout cela avec une rhétorique impeccable. Il dit souvent qu’éditer ses vidéos est très pénible pour lui, car il préfère se concentrer sur son contenu, aussi je vois de bon augure le fait qu’il puisse s’entourer d’assistance à l’avenir grâce aux moyens financiers qu’il se donne… enfin que nous lui donnons. Je n’ai pas hésité une seconde à l’appuyer dans sa campagne Kickstarter et vous invite à y jeter un œil, à consulter ses vidéos, ainsi qu’à demeurer à l’affût de nouvelles initiatives dont il pourrait être à l’avant-garde à moyens termes.

Peace. Out.

 

Les liens pour trouver Matthew Colville:

Bonus, le pitch de sa chaîne YouTube: