Qu’il s’agisse de jeux sur table ou de Grandeurs Nature, les ladies se frayent un chemin à travers ces mondes qui, disons le franchement, sont majoritairement masculin.

Introduction

Je souhaite parler d’un sujet assez dur à aborder. Mes pouvoirs de voyance me prédisent déjà des commentaires du style: “ Bon! Un autre texte de chialage”, “ elle va nous dire que les filles ne sont pas bien traitées et bla, bla, bla” et autres commentaires que je passerai sous silence.

Et oui, je vais chialer un peu (après tout, je suis québécoise).
Et oui, je vais parler de filles, car je suis une fille et que je trouvais cela vraiment weird de parler d’un point de vue de mec alors que je n’en suis pas un. Alors on ne le fera pas! Bref, voilà mon article présenté magnifiquement…

Le jeux de rôle conjugué au féminin!

Ce que je veux dire est que, oui, il y a des filles qui aiment les jeux de rôle. Qu’il s’agisse de jeux sur table ou de Grandeurs Nature, les ladies se frayent un chemin à travers ces mondes qui, disons le franchement, sont majoritairement masculin. Rien de mal là-dessus! Quelle fille n’aime pas être entourée de beaux mecs …mais on n’est pas là pour ça!

Je suis l’une de ces dames (dame, pff…) qui pratique couramment l’art du jeux de rôle. Je suis joueuse dans des campagnes sur table, je dirige plusieurs campagnes, et je pratique également le Grandeur Nature le tout depuis un peu plus de 5 ans. Non, je ne suis pas une vieille sage des jeux de rôle, mais je ne suis pas non plus une débutante dans le domaine. Avec ces cycles de lunes derrière moi, j’ai remarqué quelques petites choses à faire et ne pas faire, autant pour ces sirs que pour ces dames :

Oubliez le chevalier et la princesse

Mesdames, ce n’est pas parce que ces messieurs portent une armure ou que le personnage de monsieur porte une armure qu’il vous doit la galanterie d’antan. Libre à Monsieur de jouer son personnage comme il le souhaite. Messieurs, ne prenez pas pour acquis que ces dames sont frêles et fragiles. Si elles débarquent en armure ou qu’elles jouent des amazones, elles veulent casser des dents et non cueillir des fleurs.

N’ayez pas peur d’inviter une fille à vos parties de jeux sur table ou à un GN.

Elle va probablement “triper” autant que vous, et son intuition féminine pourrait vous servir. (c’est aussi un bon moyen de passer du temps avec votre belle Dame, si vous voyez ce que je veux dire).

Pas de “ Nerd Shame”.

Ce n’est pas parce que vous êtes dans le monde du jeu de rôle depuis des siècles et des siècles que monsieur ou madame l’est. S’il ou elle pose des questions, c’est qu’il ou elle veut apprendre. Pensez s’y; peut-être que votre ami(e) ne connaît pas bien le système avec lequel vous jouez. Ou encore, il elle ne connaît pas bien l’anglais, et on ne se le cachera pas, la plupart des livres de jeux sur table sont en anglais. Pas que cela soit une mauvaise chose, mais les langues inconnues sont une barrière à la compréhension. Plus simple encore, cette personne est nouvelle dans ce merveilleux monde du jeu de rôle. Prenez le temps de lui expliquer, après cet(te) ami(e) pourra avoir autant de plaisir que vous.

Vous aurez autant de “ fun “ avec une MJ qu'avec un MJ

Madame peut être aussi cruelle, créative et à l’écoute de ses joueurs que Monsieur. Je suis MJ dans trois campagnes et mes joueurs, masculins comme féminins, adorent mes parties (du moins, je l’espère…) et ne vous inquiétez pas, l’univers d’une fille ne sera pas forcément rose bonbon,et submergé de papillons, et inondé licornes. Et si jamais il y en a, votre MJ vous “troll” car ces jolies petites créatures sont sur le point de vous arracher les intestins.

Le syndrome de la concubine

Si vous préférez, le “Slut Shame”. Ce phénomène coure beaucoup plus dans les GN que les jeux sur table. Il s’agit de cette mauvaise tendance à penser que la fille devant vous est, comme durant l’époque médiévale, un objet sexuel ou un être soumis. Certes, certaines filles ne sont là que pour jouer ce genre de personnage, mais elles ne sont pas majoritaires. Ce n’est pas parce que leurs corsets montre leurs poitrines ou qu’elles portent des vêtements moulants qu’elles désirent coucher avec tout le foyer! Ce type de pensée fait de vous un être arriéré, comme les gens de cette époque, et attention, je ne m’adresse pas juste à ces Messieurs ici, mais également à ces Dames (même que parfois, on est les pires le dedans)!

Finalement, ce beau petit texte était inoffensif. Autant pour Monsieur que Madame. Quant à moi, ce texte découle plus du bon sens que d’une grande nouvelle, mais je voulais en jaser, comme on dit. C’est une réalité que je vois dans ce merveilleux monde du jeu de rôle. Ce monde est permissif et vaste, mais il a encore des lacunes. Nous devons tous travailler la dessus!
Mais, au bout du compte, les jeux de rôle, qu’importe leur provenance, restent des jeux et le principe d’un jeu est de nous donner du plaisir. Peu importe que ce plaisir soit conjugué au masculin ou au féminin.