Le Festival Draconis 2018 est une fin de semaine de jeux de rôle pour toute la famille qui se tiendra du 2 au 4 mars 2018 au CEGEP du Vieux Montréal, dans le cadre du festival Montréal Joue, qui en est à sa sixième édition. Ce sera pour vous l’occasion de jouer à de nombreuses parties toute la fin de semaine, et ce tout à fait gratuitement.

Le Festival Draconis 2018

Le Festival Draconis est le seul événement de ce genre consacré en totalité au jeu de rôle de toutes sortes, des plus connus comme Dungeons and Dragons et Pathfinder, aux plus indépendants et nouveaux. Vous y verrez même quelques jeux fait ici-même au Québec, donc Courant Fractal, Le Journal du Raconteur et Genedusk. Un Live de Changeling sera également présenté le samedi soir, pouvant accepter jusqu’à soixante personnes. C’est l’occasion rêvée, si vous êtes un joueur à la recherche d’un groupe ou un maître de jeux à la recherche de joueurs, de rencontrer des gens qui partagent vos intérêts et de faire du recrutement.

 

Les activités incluent:

  • Entre 75 et 100 sessions de jeux de toute sorte, y compris des parties de la Pathfinder et Starfinder Society, et de la D&D Adventurers’ League;
  • Un Live de Changeling le samedi soir;
  • Le podcast en direct des Aventuriers, également le samedi soir;
  • Une vente de garage où vous pourrez vendre et acheter tous vos articles geek;
  • Une petite salle de marchand, avec quelques vendeurs de jeux et d’articles;
  • Une cafétéria sera sur place pour vous offrir des sandwiches fraiches et rafraîchissements à des prix très raisonnables;
  • Divers organisations auront une table de présentation, comme l’Association des Grandeurs Natures et Jeux de Rôle du Québec et la Horde Geek.

D’autres éléments sont également en discussion, mais ne peuvent être confirmés pour le moment.

Pour participer, vous n’avez qu’à vous inscrire sur le site Warhorn et à vous inscrire à l’événement Festival Draconis. Vous serez immédiatement en mesure de voir les parties offertes et de vous y inscrire. Si vous êtes intéressé à soumettre une nouvelle partie (vous avez jusqu’au 16 février pour le faire), vous n’avez qu’à remplir ce formulaire,

Nous espérons vous y voir en grand nombre, et passez le message à vos amis!

La petite histoire de Draconis, par Stéphane Theriault

Pour ceux qui seraient intéressé d’en apprendre un peu sur notre événement, l’histoire de Draconis a commencé en 2006 alors que trois amis, Christopher Hammock, Conan Purves et moi-même, avons décidé de créer la première convention de jeux de rôle à Montréal. Elle s’appelait à ce moment RoyalCon, en l’honneur du Mont-Royal. Bien qu’elle couvrait surtout les jeux de rôle, elle comprenait également un volet miniature et jeux de cartes à collectionner. D’autres personnes sont venues nous rejoindre, dont Andrea, Rebecca et Laurie. À cette époque nous étions dans un hôtel (le Days Inn, aujourd’hui l’hôtel Expresso), et nous devions charger un prix d’entrée et trouver des commanditaires pour financer l’événement. Malgré cela, la première édition a été un succès, avec environ 250 participants.

Pour la deuxième édition en 2007, nous avons décidé de miser beaucoup sur les Grandeurs Natures grâce à l’aide de notre nouveau collaborateur, François. En plus des joutes de jeux de rôle classiques, la Camarilla de Montréal est venu nous offrir un Live de Vampire: the Masquerade intitulé Casino Royal le vendredi soir, auquel ont participé une bonne cinquantaine de personnes. Puis le samedi soir, nous avons tenu le Tournoi Royal, où huit Grandeurs Natures nous ont envoyé leur champion pour un tournoi de combat d’un soir. Bien que l’événement dans son ensemble ait été très populaire (nous avons eu plus de 350 visiteurs uniques), plusieurs ont trouvé que nous avions mis les GN trop en avant, et ils avaient raison. De plus, la difficulté d’organiser de tels événements et les coûts supplémentaires encourus nous ont fait prendre la décision d’abandonner cette voix et de revenir à notre mission originale..

C’est lors de l’édition de 2008 que nous avons décidé de changer le nom pour Festival Draconis, pour qu’il soit plus bilingue (RoyalCon étant un nom plutôt anglophone). Nous avons quitté le Day Inn pour le Centre St-Pierre, et nous sommes revenus à notre mission originale de jeux de rôle, de miniatures et de cartes collectionnables. Nous avons cependant eu quelques bouleversement au niveau du personnel, alors que François, qui était l’organisateur en chef pour cette année, est parti pour la France. Cela a causé quelques frictions et du mécontentement dans l’équipe restante, mais au bout du compte, le festival lui-même s’est très bien passé.

Pour la quatrième et dernière édition en 2009 (du moins dans cette incarnation), nous sommes revenus au Days Inn. Mais il était facile de voir un essoufflement dans l’équipe de direction; après tout, nous n’étions tous des volontaires avec un emploi à temps plein. En plus, la personne qui aimait s’occuper de l’aspect publicité et commandite nous avait quitté pour la France, et aucun d’entre nous n’était intéressé à le remplacer. Le festival a eu lieu quand même, et encore une fois il a été une réussite. Mais immédiatement après, Andrea et moi avons décidé de prendre une année sabbatique. Nous avons bien tenté de trouver des remplaçants, mais en vain.  Devant cette situation, le reste de l’équipe a décidé de suspendre les opérations de façon définitive.

Tout en resté là jusqu’à l’édition 2016 du festival Montréal Joue. J’avais décidé de me porter volontaire juste pour le plaisir. Lors d’une réunion de préparation, l’organisateur en chef nous a présenté les différentes activités, et j’ai aussitôt remarqué qu’il n’y avait aucun jeu de rôle. J’ai posé la question, et on m’a répondu qu’ils seraient très intéressé d’en offrir, mais personne à date n’a fait de proposition. Évidemment, j’ai commencé à y songer dans ma tête, puis je suis allé leur parler après la réunion pour proposer l’idée de ressusciter notre festival pour l’an prochain. Ils se sont montrés très intéressés.

La première chose que j’ai faite après cela est d’aller consulter mes amis proches, qui sont aussi mes joueurs, pour savoir si cela les intéressait. Parmis ceux-ci il y avait Christopher, qui était avec moi dans les premières éditions, mais aussi Stéphanie, Isabelle, Nes, Martin et Thalie (que j’avais justement rencontré à Montréal Joue 2016 et qui est devenue une de mes joueuses par la suite). Un des changements majeurs qui nous attirait est que Montréal Joue nous fournit l’endroit et la publicité; et comme l’événement doit être gratuit, cela veut dire pas de commanditaires à trouver, pas de programmes avec publicité à imprimer, et pas de manipulation d’argent. De plus, nous pourrons utiliser les réseaux sociaux pour faire notre propre publicité, ce qui n’était pas viable en 2006-2009. Il est également possible d’utiliser des outils en ligne au lieu de coder un nouveau site web. Finalement, notre festival sera dédié à 100% aux jeux de rôle. Tous ont accepté l’idée avec enthousiasme.

Malheureusement, bien que nous soyons resté en contact avec Montréal Joue pendant l’année 2016, ce n’est que le 28 décembre, juste deux mois avant la date prévue, que nous avons eu la confirmation que le cégep du Vieux Montréal avait accepté de nous héberger. Nous nous sommes donc mis au travail à toute vitesse.

À un certain moment, le festival semblait tellement populaire, avec plus de 500 personnes “intéressées” sur Facebook, que nous avons arrêté de faire de la publicité de peur d’avoir trop de monde pour une première année, et avons  décidé d’annuler nos visites dans les magasins de jeux. C’est aussi la raison pour laquelle nous avons fait un dernier blitz de soumission de session pour satisfaire tout ce monde, car nous estimions qu’environ 50% de ces gens seraient présents. Grave erreur; à peine 25% de ces personnes se sont présentées, et c’est pourquoi nous avons eu tant de parties qui ont dû être annulées faute de joueurs, et que nous avons dû annuler les panels. Au bout du compte, si on considère que le critère le plus important est le plaisir à jouer des parties et à rencontrer d’autres joueurs, l’événement a été un succès, avec plus de 160 visiteurs uniques et un taux de satisfaction élevé. Mais il y avait quand même des lacunes au niveau de l’organisation, causées par le manque de budget (toutes les dépenses ont été payées de notre poche) et le très court temps de préparation. Cette année nous avons plus de temps, aurons notre propre cafétéria, et quelques marchands seront présents pour vendre leur produit, ce qui nous permettra de corriger cette situation.

-Stéphane Theriault