Premier Grandeur Nature ? Deuxième Grandeur Nature ? Vingtième Grandeur Nature ? Je vous pose cette question : comment fait-on un bon personnage de Grandeur Nature ? 

Plusieurs me diront qu’un bon personnage n’existe pas. Voyez-vous, ce n’est pas tout à fait vrai. Un personnage peut être bon, il faut simplement savoir deux-trois petites choses. Alors, que vous soyez nouveaux ou pas, je vous recommande de lire mes petits conseils de jeune sage sur la création d’un personnage en milieu de Grandeur Nature.

Race, classe ou peuple en premier ?

J’ai tout entendu : « Il faut commencer par choisir sa race! » « Non, sa classe ! » « PFF! Il faut choisir son peuple, car la race et la classe changent selon le peuple ! » Qui a raison? Tout le monde. Je vous dirais de voir en premier comment le GN où vous désirez aller fonctionne. Quelquefois, les races et classes sont associées aux peuples et vous ne pouvez pas modifier cela. D’autres fois, c’est plus ouvert et vous pouvez vous permettre des folies comme jouer un orc paladin priant le dieu de la beauté, je ne vous juge pas… ok, peut être un peu.

Être l’aventurier.

Si vous foulez les terres d’un GN pour la première fois, vous pouvez très bien être l’humain de base qui explore et regarde les peuples. Vous présenter ainsi dans un GN montre aux joueurs que vous êtes nouveau et vous cherchez à rejoindre un clan déjà établi. De plus, cela vous permet de voir avec quels peuples vous avez le plus d’affinités.

Avoir une histoire, un passé.

Ici je parle du fameux background (BG). Avoir un BG, aussi bénin soit-il, permet aux animateurs de mieux évaluer votre personnage. Avec le temps, si les animateurs veulent faire ressortir de votre passé l’horrible orc paladin priant du dieu de la beauté avec lequel vous avez failli vous marier, ils pourront le faire.

Ne pas avoir le syndrome du petit roi.

Je m’adresse aux nouveaux joueurs qui veulent avoir des pouvoirs là et que dans trois lunes, ils puissent déjà lancer des sorts de maître. Prenez le temps de jouer et de faire évoluer votre personnage. Petite règle non-écrite : plus le GN est gros, plus vous aurez besoin de temps pour devenir puissant. Prenez en compte que les animateurs n’ont pas juste votre personnage à animer ; ils en ont quelquefois des centaines.

Ne pas tombez pas dans la caricature.

Il est question du type de personnages stupides ou de basse classe (exemple: les orc, les gobelins, les barbares, etc.). Un personnage stupide qui fait des choses stupides et qui nuit à tout le monde dû à sa stupidité c’est drôle pendant disons… 3 lunes. Après ça, ça devient lassant et même énervant. Vous pouvez toujours jouer votre personnage stupide et le faire évoluer, mais que sa stupidité nuise aux autres dans leur cheminement, évitez. Qui plus est, il faut aussi assumer votre personnage stupide. Si vous n’avez pas de belles passes RP de diplomatie ou de plan de guerre, c’est normal.

Avoir un costume qui reflète l’intention du personnage.

Si vous jouez un elf, ayez les oreilles. Si vous jouez un orc, ayez la peau de la bonne couleur. Je peux comprendre que le budget n’est pas toujours là, mais mettez un minimum d’effort dans votre costume et personne ne se trompera sur ce que vous êtes.

Respecter les règles de personnage établies par le GN.

Si un archer se doit d’être un elfe, alors soyez un elfe. Ne cherchez pas à changer le fonctionnement d’un GN. Si vous n’aimez pas les règles, changez de GN. Cependant, et là vous allez me dire : «Mel, tu te contredis », mais si jamais vous avez un BG de feu avec de bonnes explications pour vos idées, parlez-en aux animateurs. Eux pourront accepter votre orc paladin priant le dieu de la beauté (ok, j’arrête, promis).

Donc

Voilà mes petits conseils de jeune sage pour la construction d’un bon personnage de Grandeur Nature. Ce que je viens de vous donner sont des outils de base. Si vous désirez monter la gloire de votre personnage pour qu’elle transcende l’histoire de votre GN ainsi que des autres, c’est à vous de trouver une manière de le faire. Il n’y a que les rois et les reines qui montent au sommet.

À voir aussi