Pensiez-vous vraiment que j’allais oublier les rôlistes du monde du Grandeur Nature? Non, parce qu’il existe aussi, dans ce domaine des jeux de rôle, des haïssables! Je dirais même que ceux du monde du GN, me sont les plus difficiles à endurer.

Dans un jeu de rôle sur table, les haïssables restent dans le domaine de l’imaginaire jusqu’à un certain point, le personnage n’est pas devant vous à faire la connerie. En GN cependant, le personnage fait ses bêtises directement dans votre face. Vous pouvez littéralement étirer le bras pour le toucher… ou l’étrangler!

Donc, pour savoir si vous êtes cette créature monstrueuse, voici quelques exemples de rôlistes haïssables.

Le joueur petit roi

Ça, tout le monde, c’est le petit nouveau qui entre dans le groupe et exige d’être le roi de la place. Il est le genre à vouloir les gros pouvoirs maintenant et à exiger une forme de reconnaissance pour des actions qu’il n’a pas posées.

« Je suis un grand prince de telle famille, alors tu me dois respect, plébéienne! ». Entendre un nouveau se péter les bretelles et faire son petit roi à cause d’un titre écrit dans une histoire de personnage, alors que j’ai 36 capacités de plus que lui et que je pourrais simplement l’éclater, me tape sur le système.

Chers nouveaux personnages, je vais vous apprendre un petit quelque chose : quand on commence dans un GN, on est un moins que rien. Les personnages avec une réputation grandiose l’ont probablement mérité en jeu. Travaillez pour vos nananes, elles ne vous sont pas dues directement en partant.

 

Le joueur qui ne fait pas la différence entre lui-même et son personnage

Celui-là, c’est celui qui prend tout, mais tout, comme une attaque personnelle. Il ne comprend pas que les actions qui sont portées ne sont pas contre lui, mais contre le personnage qu’il incarne. Je peux comprendre que des insultes portées sur le physique du joueur derrière peuvent être prises personnelles, mais pour l’amour de Dieu, si j’insulte en jeu ton masque de gobelin, ne le prend pas personnel! Si nos personnages sont ennemis, ne pensez pas non plus que la personne derrière le personnage veut être votre ennemi.

Le joueur qui utilise son personnage comme une excuse

Cet haïssable-là va avoir une phrase fétiche : « Ce n’est pas moi, c’est mon personnage. » NON! Tu es responsable de ce que ton personnage dit ou fait. Il n’y a pas de dés pour te mettre dans la merde, c’est juste toi et ton petit corps qui font des siennes. Autant qu’il ne faut pas tout prendre personnel, autant il ne faut pas se cacher derrière son personnage pour commettre des conneries. Le meilleure exemple que je peux donner, c’est les « couples de GN ».

Dans un scénario, il est normal que deux personnages se marient. Cependant, se marier dans un jeu de rôle n’est pas une excuse pour tromper son partenaire hors du jeu. « Oh, mais c’est Danzel et Azura qui ont couchés ensemble, pas Alex et Noémie! » Désolé ma belle Noémie, mais ton petit corps a fait une connerie, tu l’as trompé pour vrai ton chum.
(PS : Aucune Noémie, ni Alex ne sont jugés pour vrai dans cette exemple, soyez avertis.)

Le joueur qui triche

Ai-je vraiment besoin d’expliquer cet haïssable? Il ne respecte pas les règles, point. Au suivant.

Le joueur qui hurle à la tricherie

Lui, lui là… C’est celui qui me tape le plus sur les nerfs! C’est le mec (ou la fille) qui va stopper le jeu et qui va te gosser, car il croit que tu triches. Certes, il y a des joueurs qui trichent, mais stopper le jeu de tout le monde pour le dire à haute voix, non. Surtout que cet haïssable hurle son outrance la plupart du temps pour rien. Il va la faire quand le jeu ne tourne pas en sa faveur, ou encore que la personne devant lui est trop forte et il ne s’y attendait pas. Par pitié les amis, si vous voyez vraiment quelqu’un qui triche, jouez le jeu et allez vous plaindre à l’animation. Le tricheur ne pourra jamais avoir le dernier mot sur un organisateur.

Je parle des joueurs depuis tout à l’heure, mais je n’oublie pas l’autre côté important des GN. Les animateurs, comédiens et tous ceux qui font partis de l’équipe d’organisation ne sont pas sans défauts non plus.

L’animateur immortel

C’est facile de le reconnaître, c’est celui que tu ne pourras jamais tuer. Je comprends que certains personnages joués par les animateurs sont de l’ordre du divin et qu’ils sont puissance et grâce incarnées, mais TOUS vos personnages, vraiment? À un moment donné, il faut que les ennemis soient vaincus pour que les joueurs aiment leur expérience, et un animateur se doit de travailler pour les joueurs.

L’animateur créateur

L’imagination de ce dernier est tellement puissante pour ses personnages qu’il leur invente même des capacités. Tout d’un coup, le petit marchand Raoul, qui se fait attaquer par le clan des méchants, a soudainement la capacité de désintégrer ses ennemis alors que le sort n’existe pas dans le livre des règles. Encore ici, je peux concevoir qu’un personnage hors de l’ordinaire, tel un dieu, peut avoir des pouvoirs que les mortels n’ont pas, mais le petit marchand Raoul? Vraiment? Laisse les pouvoirs de dieux aux dieux, Raoul en n’a pas besoin.

L’animateur sans imagination

Vous l’avez surement déjà vu, lui. C’est l’animateur/comédien qui n’est pas capable d’improviser lorsque les joueurs le prennent au dépourvu. Il va aller jusqu’à ignorer vos actions, qui sont justifiées, car cela ne colle pas au scripte du scénario.

 

Exemple : Un démon est en train d’ouvrir un portail dans sa dimension pour venir détruire la vôtre. Dans le scénario, le démon est supposé réussir à passer, mais les joueurs font des actions sensées et justes pour fermer le portail avant qu’il n’ouvre. Ils font une grande cérémonie et sacrifient des objets magiques pour que le portail ne s’ouvre pas. Dans les faits, la cérémonie a tout ce qu’il faut pour réussir. Cependant, l’animateur qui joue le démon dit simplement que la cérémonie n’a pas fonctionnée, sans explications, et finit d’ouvrir son portail.

Cela enrage les joueurs. Au lieu de simplement dire non, adaptez la situation à votre avantage.

Par exemple, un autre animateur arrive et ruine la cérémonie en volant un objet. Certes, cela reste frustrant pour les joueurs, mais au moins il y a une explication en-jeu du pourquoi que la cérémonie n’a pas fonctionnée. Ce n’est pas juste un  « non ».

L’animateur sans efforts

Ça, c’est celui qui ne fait même pas l’effort de bien faire son personnage, car il n’a pas envie de le jouer. L’animateur ne met pas d’effort pour se costumer proprement ou encore, il ne met pas d’effort à jouer le personnage et il transparaît toujours fade.

Le travail des animateurs, et comédiens, est de créer et jouer des personnages pour animer les joueurs. Dans l’un de mes GN, j’ai vu un animateur jouer une licorne. Il a haït jouer ce personnage, il doit surement encore l’haïr (on rit encore de lui avec ça), mais il l’a jouée numéro 1 sa licorne. Rien à redire! Son costume était… digne d’une licorne! Plein de couleurs, tout lumineux et plein de brillants! Si vous n’aimez pas le personnage, rendez-le au moins ridicule, histoire que tous puissent en rire.

Conclusion

Vous savez quoi ? Chialons ensemble, ça fait toujours de bien! Et si par hasard, vous êtes un haïssable, et bien sachez qu’il n’est jamais trop tard pour modifier votre façon de jouer en Grandeur Nature. Tout le monde va apprécier, vous, les autres joueurs, le GN en son entier, mais surtout les autres…croyez-moi. Aussi, si vous connaissez des joueurs haïssables, laissez-moi savoir dans les commentaires!

À voir aussi