Histoire de consoles #1 – La NES / Famicom

Antoine Clerc-Renaud - 16 Août. 2017 16h09

 

Bien avant la Switch et la Wii, Nintendo concevait déjà des machines de jeux pour le grand public avec succès. Retour sur celle qui a déchaîné des passions tant à sa sortie en 1983 qu’en 2016 dans sa version mini.

Aux origines de la Famicom : Nintendo

Pour bien comprendre l’histoire de la NES, appelée Famicom au Japon, il convient de revenir légèrement sur l’histoire de l’entreprise qui l’a créée : Nintendo.

Dernier constructeur historique encore en lice à l’heure actuelle, Nintendo a été fondée en 1889 par Fusajiro Yamauchi. C’est en tant que fabricant de cartes à jouer japonaises, les Hanafudas, que l’entreprise se lance.

Quelques décennies plus tard, son arrière-petit-fils, Hiroshi Yamauchi, lui succède alors qu’il n’a que 22 ans. Ce dernier prendra du temps et essuiera quelques échecs avant de se lancer dans les jeux électroniques.

Anecdote

D’ailleurs, saviez-vous que la NES n’est pas la première console de Nintendo? En effet, si c’est la première à avoir utiliser des cartouches, Nintendo en a produit d’autres par le passé. Ces consoles de première génération sont par ailleurs communément appelées consoles Pong.

Elles tirent leur surnom du succès d’Atari de novembre 1972 bien que la société californienne n’ait fait que plagier l’invention de Ralph Baer. Nommée Color TV Games, cette gamme verra naître pas moins de cinq machines entre 1977 et 1980. Mais le début des années 1980 marque un tournant important pour Nintendo.

Color TV Game 6Color TV Game 15Color TV Game Block Kuzushi

Le défi de la création d’une console 8-bit

L’entreprise connaît du succès en arcade, notamment avec Donkey Kong en 1981 puisqu’il signe l’envol du game designer le plus connu autour de la planète, Shigeru Miyamoto, même si sa participation dans la création de la NES a été minime.

En effet, s’il est un nom à retenir au sujet de la conception de la Famicom, c’est bien celui de Masayuki Uemura, ancien ingénieur de Sharp entré à Nintendo en 1971. C’est à ce dernier que le président lui-même confie la lourde tâche, au moyen d’un coup de fil  inopiné un soir d’hiver, de concevoir une console de jeu vidéo respectant trois critères :

  1. Elle doit utiliser des cartouches.
  2. Elle doit être suffisamment sophistiquée pour ne pas être copiée pendant au moins un an.
  3. Elle doit coûter moins de 10 000 yen.
Masayuki Uemura, créateur de la Famicom

Pour Uemura, c’est un vrai casse-tête. Avec son équipe de R&D 2, il retourne le problème dans tous les sens et parvient à respecter deux des trois critères, à savoir l’utilisation de cartouches et la protection contre la copie.

En effet, bien que tout ait été fait pour que le prix passe sous la barre des 10 000 yen (y compris le choix des couleurs peu orthodoxes à l’époque), la console sort le 15 juillet 1983 au prix de 14 800 yen. Les jeux disponibles au lancement sont des portages d’arcade très réussis : Donkey Kong, Donkey Kong Jr. et Popeye.

La hausse de prix par rapport au souhait du grand patron n’empêche en rien la Family Compute