Critique – Nioh 2

Nioh 2 et son Japon médiéval fantastique

Après un premier épisode très réussi mettant en scène William Adams, le fameux Américain devenu samouraï à la fin du XVIè siècle, Team Ninja revient avec Nioh 2. Le jeu, qui se déroule avant le premier, est encore plus difficile mais pas impossible à l’image des Dark Souls dont il s’inspire grandement.

Si vous n’êtes pas habitué, sachez qu’il y a un certain temps d’adaptation avant de comprendre tous les rouages complexes de ce jeu pensé pour les perfectionnistes. Tout comme dans la série de From Software, le moindre ennemi peut vous tuer et parfois en un coup. Heureusement, chaque adversaire vaincu vous rapportera de l’Amrita, cette fameuse pierre qui fait office de point d’expérience ici. À l’image du premier jeu ou même de Final Fantasy XV, il faudra vous tourner vers les autels pour valider ces acquis et augmenter force, point de vie, ki, etc… Deux nouvelles armes sont disponibles : un sabre japonais, Odachi, et une paire de hachettes, kusarigama.

En termes de combat, peu de choses changent. On a toujours accès à nos armes pour le corps à corps et notre arme pour attaquer à distance. Le loot est toujours omniprésent comme dans Diablo. La nouveauté de ce côté est l’inclusion des Yokai dans le gameplay même. On peut maintenant, le temps de quelques secondes, se transformer en démon japonais et demeurer invincible. Attention cependant, un mauvais placement ou un coup trop cupide pourrait vous placer en mauvaise posture lorsque vous reprenez forme humaine.

Tactique jusqu’au bout

Bien plus qu’un simple Action RPG ou Hack’n Slash façon Metal Gear Rising, Nioh 2 vous demandera une certaine patience dans la façon d’aborder les affrontements. Il vous faudra étudier le comportement des ennemis, leurs coups, et leur ki. Car il possède les mêmes contraintes que vous. Et une fois essoufflés vous pourrez alors leur asséner un coup souvent mortel.

Pensez également au contre Yokai qui vous permet d’infliger un coup sous forme de démon qui redouble d’efficacité quand l’ennemi prépare un coup spécial indiqué par un flot rouge près de leur arme.

Coopération revisitée

Si le premier Nioh nécessitait d’avoir terminé les missions pour pouvoir y participer avec d’autres, ce n’est plus le cas dans Nioh 2. On peut se connecter et rejoindre d’autres joueurs pour différentes missions et même des modes multijoueur à part. Par ailleurs, on peut affronter d’autres joueurs mais manipulés par une IA si l’on interagit avec les tombes rouges disséminées un peu partout dans les niveaux.

De plus, il est possible de faire appel à d’autres joueurs, jusqu’à deux simultanément, pour nous aider dans notre quête. Soit on interagit avec les tombes bleues, soit on utilise l’option adéquate dans le menu de l’autel. C’est très utile surtout lors des impitoyables combats de boss et en début de jeu le temps d’intégrer toutes ces nouvelles règles.

Nioh 2 est un régal pour les yeux et les oreilles

Nioh 2 est une véritable réussite technique. Tant dans son aspect visuel que sonore, le jeu de Team Ninja fait honneur à la PS4 encore plus que l’épisode précédent. Les effets sont nombreux, les jeux d’ombre et de lumière sont saisissants. On a vraiment l’impression de se retrouver dans un film de Kurosawa mais en couleur et avec toute la violence crue de cette époque. Un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains donc.

Malgré sa difficulté exponentielle, Nioh 2 est très réussi mais demandera patience et abnégation. Les habitués de Dark Souls trouveront rapidement leurs marques tout en ayant besoin de se conformer à ces nouvelles règles. Merci à Sony Computer Entertainment Canada pour le code qui nous a permis de faire la critique.

Verdict

Les plus

  • La courbe d’apprentissage pleine de défis
  • La réalisation
  • Un film de Kurosawa
  • Les dialogues plein d’humour

Les moins

  • La difficulté pour les non-habitués
  • Les menus pas très intuitifs
  • L’arbre de compétence incompréhensible

Note finale 8 / 10