Critique – GRID Legends

Antoine Clerc-Renaud - 11 Mar. 2022 9h58

GRID Legends fait son entrée dans les starting blocks

GRID Legends est un excellent hommage à toute la série débutée en 1997 sur PlayStation. Malheureusement pour lui, il est sorti le 25 février 2022. Soit le même jour qu’un certain Elden Ring qui eclipse tout autre jeu. Laissez-moi vous en dire un peu plus sur ce jeu de course à mi-chemin entre Forza Horizon 5 et Gran Turismo 7.

Tout d’abord, il faut savoir que GRID Legends est dans la droite lignée de ses prédécesseurs. Pas de monde ouvert comme dans Forza Horizon 5 ou Burnout Paradise. Ici on choisit ses courses dans un menu. À l’ancienne, diront certains. Ce n’est pas faux et ce n’est pas mal non plus. Les mondes ouverts, c’est sympa un moment, mais on finit très vite par tourner en rond.

D’autant plus que GRID Legends amène une nouveauté de taille : un mode histoire terriblement immersif.

Un mode histoire très immersif

Alors qu’on pense avoir à faire à un mode carrière classique (disponible lui aussi), on est plutôt dans une véritable histoire, un scénario très travaillé et mis en scène de la meilleure des manières.

En effet, plutôt que d’utiliser des moyens conventionnels, Codemasters a choisi d’utiliser des acteurs en chair et en os parmi lesquels on retrouve Ncuti Gatwa que l’on a pu voir notamment dans Sex Education sur Netflix.

GRID Legends nous offre donc un faux documentaire/télé réalité qui met en scène différents personnages : pilotes, manager, agent, mécaniciens, bref tout ce qui compose une écurie de voitures de course. On se prend vite au jeu et on suit cette histoire pleine de drama avec la plus grande attention. Bonus pour les fans de la série, on retrouve le rival introduit dans RACE DRIVER GRID, Nathan McKane. Une touche sympathique pour ceux qui suivent depuis le début.

Des modes de jeu en pagaille pour GRID Legends

Heureusement, le mode histoire est loin d’être le seul mode de jeu disponible dans GRID Legends. On trouve les modes suivants dans le jeu de course de Codemasters :

  • Multijoueur
  • Carrière
  • Histoire
  • Créateur de course
  • Garage et équipe

Autant dire qu’on en a pour notre argent. Le mode Carrière est différent du mode histoire en cela qu’il n’est pas scénarisé. Il nous invite plutôt à concourir dans différentes catégories face à des IA de plus en plus féroces : Novice, Semi-Pro, Pro et The Gauntlet.

En ce qui concerne le mode multijoueur, il y a un tas d’options : on trouve les traditionnels courses rapides avec ou sans classement, mais également tout un tas de d’événements ponctuels qui montrent que le jeu a été conçu pour durer.

Des sensations toujours aussi grisantes

En termes de conduite, difficile de faire mieux que GRID Legends à mon avis. Depuis que j’ai joué à Race Driver GRID en 2007, je n’ai jamais pu m’empêcher de trouver que la série offrait le meilleur compromis entre arcade et simulation. Les sensations sont grisantes surtout en ce qui concerne la vitesse.

Par ailleurs, la variété de bolides disponibles est ahurissante. Toutes les plus grandes marques sont là : Porsche, Nissan, Mazda, Lotus, BMW, et bien d’autres. Je ne pense pas qu’on atteigne les chiffres mirobolants de Forza Horizon 5 mais c’est tout de même remarquable.

Puis, c’est toujours un plaisir de retrouver de véritables circuits reproduits à la perfection : Barcelone, Indianapolis, Dubai, Paris, Strada Alpina et tellement d’autres.

Bref, vous l’aurez sûrement compris, GRID Legends est une franche réussite dans un format somme toute différent de Gran Turismo 7 et Forza Horizon 5 mais tout aussi pertinent.

GRID Legends est disponible dès maintenant sur PC, PS4, PS5, Xbox One et Xbox Series X|S (version testée). Un essai limité à 10 heures de jeu est disponible sur EA Play.

Verdict

Les plus

  • Un jeu de courses traditionnel sans monde ouvert
  • Le nombre de voitures disponibles et la variété
  • Les circuits reproduits à la perfection
  • Les sensations grisantes
  • La réalisation
  • La bande-son bien plus présente
  • Le mode histoire très immersif

Les moins

  • Quelques acteurs et séquences cringe dans le mode histoire

Note finale 9 / 10