Behaviour Interactif génère 1,5 million de dollars pour la recherche sur la santé mentale

Michael Bertiaux - 4 Fév. 2022 20h11

Behaviour Interactif, le plus grand studio indépendant de jeux vidéo au Canada, annonce que son jeu d’action et d’horreur multijoueur Dead by Daylight a généré plus de 1,5 million de dollars pour la Brain & Behavior Research Foundation (BBRF).

Vouée à l’amélioration de la vie des personnes souffrant de maladies mentales, la BBRF accorde des subventions visant à réaliser des progrès et des percées dans la recherche scientifique portant notamment sur l’anxiété, la dépression, les troubles bipolaires et la schizophrénie.

Les achats intégrés font de Behaviour un donateur de premier plan en matière d’accès à des subventions à l’échelle mondiale

Depuis 2018, les fonds amassés grâce aux achats intégrés dans la Charity Case Collection par la communauté Dead by Daylight ont permis de financer des subventions de recherche sur la santé mentale dans des universités au Canada, aux États-Unis et dans 35 autres pays. La communauté s’est imposée comme l’un des principaux donateurs de la BBRF, un honneur dont Behaviour est extrêmement fière.

« Nous sommes heureux de marquer cette étape cette année, qui coïncide avec le 30e anniversaire de Behaviour, a déclaré Rémi Racine, président et producteur exécutif chez Behaviour. Notre entreprise s’engage à aider, de toutes les façons possibles, ceux et celles qui sont aux prises avec des problèmes de santé mentale, soit en récoltant des fonds essentiels pour la recherche par le biais de la BBRF, soit en s’assurant que les membres de notre équipe ont accès aux informations et aux ressources dont ils et elles ont besoin ».

Un chef de file dans le financement de la recherche sur la santé mentale depuis 35 ans

« Nous sommes fiers de nous associer à Behaviour Interactif, dont la communauté internationale est si solidaire, comme en témoignent les dons extraordinaires que nous avons obtenus, a dit Jeffrey Borenstein, M.D., président et directeur général de la BBRF. Grâce au soutien continu de bâtisseurs de communautés comme Behaviour, nous continuons à financer les scientifiques qui travaillent à la mise au point de nouveaux traitements, de remèdes et de méthodes de prévention des troubles psychiatriques ».

Organisme à but non lucratif reconnu mondialement, la BBRF soutient la recherche innovante en matière de santé mentale depuis 1987 et, par le biais de son programme Jeunes chercheurs, finance certains des jeunes scientifiques les plus prometteurs œuvrant dans le domaine de la recherche en santé mentale.

Behaviour franchit le cap du million de dollars en dons corporatifs

La santé mentale est l’un des nombreux points de mire de Behaviour en matière de dons corporatifs axés sur la communauté montréalaise, qui atteindront cette année le chiffre record d’un million de dollars. Cet exploit cadre avec les activités de l’entreprise visant à sensibiliser ses employé-e-s aux questions de santé mentale tout en assurant leur bien-être.

À propos de la Brain & Behavior Research Foundation

La Brain & Behavior Research Foundation accorde des subventions de recherche pour développer de meilleurs traitements, des remèdes et des méthodes de prévention des maladies mentales. Ces maladies comprennent la dépendance, le TDAH, l’anxiété, l’autisme, le trouble bipolaire, le trouble de la personnalité limite, la dépression, les troubles de l’alimentation, les TOC, le TSPT et la schizophrénie, ainsi que la recherche sur la prévention du suicide.

Depuis 1987, la Fondation a accordé plus de 430 millions de dollars pour financer plus de 5 100 scientifiques éminents du monde entier, ce qui a permis d’obtenir plus de 4 milliards de dollars de financement supplémentaire pour ces scientifiques. Chaque dollar donné pour la recherche est entièrement consacré à la recherche. Les dépenses de fonctionnement de la BBRF sont couvertes par des subventions distinctes de la fondation. La BBRF est le producteur de la série télévisée publique Healthy Minds with Dr. Jeffrey Borenstein, finaliste aux prix EmmyMD, qui vise à éliminer la stigmatisation de la maladie mentale et à démontrer qu’avec de l’aide, il y a de l’espoir.